Sans-papiers : controverse autour du nombre d'expulsions

le
0
Sans-papiers : controverse autour du nombre d'expulsions
Sans-papiers : controverse autour du nombre d'expulsions

Nouvelle guerre des chiffres sur l'immigration. La fermeté affichée du gouvernement en la matière est balayée par le nombre d'expulsions de sans-papiers, selon Le Figaro de mercredi. Le quotidien affirme que 14 880 clandestins ont été reconduits à la frontière durant les huit premiers mois de l'année 2013. Bien loin des 37 000 expulsions opérées en 2012. Une analyse à l'opposé des chiffres du ministère de l'Intérieur qui avance 18 000 sans-papiers expulsés pendant les huit premiers mois de l'année et qui prévoit 21 000 retours contraints au total en 2013.

Citant les tableaux de la Direction centrale de la police aux frontières, Le Figaro évoque une baisse de 40 % des expulsions par rapport à 2012 sur la même période. «Le rythme moyen d'éloignement des étrangers en situation irrégulière est passé de 100 à 60 personnes par jour pour les huit premiers mois de l'année». Si l'on ajoute l'Outre-mer, le nombre moyen d'éloignements par jour est passé de 165 en 2012 à 112 en 2013, soit une diminution de 31,9%.

La baisse drastique de l'aide au retour

Le ministère de l'Intérieur a immédiatement publié un communiqué indiquant que «le nombre total d'éloignements d'étrangers en situation irrégulière au 31 août 2013 est de 18 126, et non de 14 800 comme l'affirme à tort le Figaro». Mieux, pour la place Beauvau, «cette chute des éloignements invoquée est exclusivement liée à la baisse des retours aidés (...) qui avaient contribué entre 2008 et 2012 à gonfler artificiellement les statistiques de l'éloignement.»

La France avait procédé en 2012 à 36 800 éloignements de sans-papiers, un nombre record. Mais environ 16.000 étaient partis grâce au dispositif de l'aide au retour soit humanitaire (ARH, ouverte aux Européens) soit volontaire (ARV, pour les non-Européens). Le montant de ces aides a été drastiquement réduit au début de l'année pour mettre un terme à cette «pantalonnade qui gonflait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant