Sans Messi, le Barça se réinvente au Brésil

le
0
Sans Messi, le Barça se réinvente au Brésil
Sans Messi, le Barça se réinvente au Brésil

D'abord en pleine dépression suite à la blessure de Lionel Messi, le FC Barcelone a su se refaire la cerise. Un retour au premier plan auquel ont largement contribué Neymar et Luis Suárez, tout aussi décisifs en attaque qu'utiles en défense. Le tout, sous la supervision de la tour Busquets.

"Nous sommes infiniment meilleurs avec Messi". Malgré un nouveau tour de force du Barça sans son astre argentin, le constat de Luis Enrique est implacable. Enfant du club et cadeau divin, la Pulga conserve, même avec une jambe dans le sac, son statut de numero uno. Les nombreuses déclarations d'amour de Luis Suárez et de Neymar, acolytes quotidiens et, sans doute, comparses du prochain podium du Ballon d'or, en attestent : pour tout Blaugrana qui se respecte, le débat n'a pas lieu d'être. Soit. De débat, il y a pourtant à l'heure d'évoquer la mue de ce onze barcelonais amputé de son Messi. Par bien des aspects, cette absence prolongée depuis le 26 septembre dernier, et une entorse du genou face à l'UD Las Palmas, réserve même du positif. Mieux, elle met à mal la soi-disant dépendance du FCB à son trio MSN. Orphelin de leur M, Neymar et Suárez, "deux attaquants qui coûtent plus de 80 millions d'euros", dixit Marcelino, coach de Villarreal, réussissent le tour de force de ranger au second rang cette absence. Symbole de cette nouvelle indépendance, les seize derniers buts blaugrana en Liga sortent des pieds du duo sud-américain.

Une crise à sept victoires en neuf rencontres


A contrario des autres pépins physiques de l'Argentin, cette entorse du genou ne semble pas avoir fait tomber le ciel sur la tête des Barcelonais. Plus dans la raison que le chagrin, la bande à Luis Enrique a fait de cette absence prolongée un test. Bien qu'enquiquinante, la blessure de Lionel Messi intervient en tout début d'exercice, une période propice aux essais et aux remises en question. Sans le glouton argentin, le jeu azulgrana doit se réinventer tout en respectant ses fondamentaux, varier tout en conservant son essence, et, surtout, gagner, encore et toujours. Car ce besoin de succès, Messi ne l'a pas emporté à l'infirmerie avec lui. L'exigence du Camp Nou et de sa nébuleuse ne varie pas d'un iota, même sans "le meilleur joueur du monde", comme l'évoque à l'unisson l'effectif barcelonais. L'échec du Sánchez-Pizjuán mis à part, la mission arithmétique du FCB est plus que remplie : désormais seul leader de la Liga, il a même réussi à creuser l'écart sur le Real Madrid. En neuf matchs officiels, sept se sont terminés par des victoires pour un nul - sur la pelouse du modeste Villanovense - et un revers.

Plus qu'avec ces comptes d'apothicaires, Luis…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant