«Sans le nucléaire, la facture énergétique de la France exploserait»

le
0
INTERVIEW - Pour Bernard Bigot, le patron du Commissariat à l'énergie atomique, il est nécessaire de maintenir le nucléaire.

Bernard Bigot, haut-commissaire à l'énergie atomique et aux énergies alternatives, tire les leçons de la catastrophe de Fukushima.

Le FIGARO. - L'Allemagne et son industrie tournent le dos au nucléaire. Regrettez-vous ce choix ?

Bernard BIGOT. - La décision de l'Allemagne est souveraine. Quant au choix de Siemens, il est logique : même une très grande entreprise internationale n'a d'autre choix que de suivre l'orientation politique de son pays d'origine. Oui, bien sûr, nous regrettons ce changement de cap : le nucléaire rentre à hauteur de 20 % dans le bouquet énergétique allemand et il lui faudra donc augmenter le recours aux énergies fossiles pour combler cette perte. Les besoins d'interconnexions électriques vont également croître pour augmenter la capacité d'importation, ce qui pèsera encore plus sur les coûts.

Le coût de cette décision a récemment été évalué à 250 milliards d'euros pour l'Allemagne. Quel serait-il si la France devait faire le...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant