Sans faire exprès, un commerçant égyptien bat Google dans Google

le
0
Sans faire exprès, un commerçant égyptien bat Google dans Google
Sans faire exprès, un commerçant égyptien bat Google dans Google

Un vendeur de climatiseurs égyptien s'est retrouvé propulsé au rang de star du web grâce à Google. Pendant quelques semaines, lorsqu'un internaute tapait le mot-clé «Google» depuis l'Egypte dans le moteur de recherche de Google, le résultat n'était pas celui escompté. C'est la page Google+ de Saber El-Toony qui arrivait en tête. Avant de diriger vers la page de Google lui-même.

Un curieux résultat qui a dopé les visites sur la page de Saber El-Toony. Elle a été page consultée plus de six millions de fois. Une aubaine pour le commerçant cairote qui peinait, jusqu'au mois dernier, à joindre les deux bouts avec sa boutique de climatiseurs, fontaines à eau et produits pour la réfrigération. Il y a un mois encore, «les affaires ne marchaient pas très fort», confie-t-il à France 24.

C'est un expert égyptien en marketing digital qui a pointé l'anomalie du doigt. Eyad Nour exlique le problème sur son site Internet : «Personne ne devrait être capable de faire mieux que Google en utilisant le nom du groupe sur le site du groupe, sinon, c'est qu'il y a un problème avec l'algorithme.

Un problème sûrement, puisque Saber El-Toony explique à France 24 qu'il n'a «rien fait de particulier» et n'a même «pas essayé d'être bien placé dans Google».

«Les gens pensent que je suis la société mère de Google ? C'est chouette.» 

Depuis quelques années, l'optimisation pour les moteurs de recherche est devenue un enjeu majeur pour les entreprises. Le but ? Arriver en premier (et si possible avant ses concurrent) dans les moteurs de recherche. Plusieurs méthodes existent pour y arriver. Oliver Ewbank, spécialiste du SEO, interviewé par la BBC, trouve une seule explication : «Monsieur El-Toony a complété le champ site web sur son profil Google Plus avec un lien renvoyant vers un moteur de recherche».

Pour Saber El-Toony, expliquer le phénomène n'est pas la priorité.  «J’ai reçu deux fois un appel de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant