Sans accord avec Athènes, la BCE cessera son soutien, dit Noyer

le , mis à jour à 10:07
19
POUR CHRISTIAN NOYER, LA BCE CESSERA SON SOUTIEN À LA GRÈCE EN L'ABSENCE D'ACCORD
POUR CHRISTIAN NOYER, LA BCE CESSERA SON SOUTIEN À LA GRÈCE EN L'ABSENCE D'ACCORD

PARIS (Reuters) - Sans accord politique avec la Grèce sur un programme de réformes d'ici dimanche, la Banque centrale européenne (BCE) cessera de soutenir les banques grecques et le chaos menace, a averti mercredi le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer.

Les chefs d'Etat et de gouvernement de la zone euro ont décidé mardi de se donner jusqu'à dimanche pour conclure un accord aide financière contre réformes avec le gouvernement d'Alexis Tsipras, qui doit présenter des propositions.

Les Grecs ont massivement rejeté dimanche dernier, par référendum, un plan proposé par les créanciers d'Athènes, dont les partenaires ne cachent plus leur exaspération, au point d'envisager un "Grexit" - une sortie de la Grèce de l'euro.

"L'économie grecque est au bord de la catastrophe, il faut absolument un accord dimanche prochain, c'est le dernier délai. Après ça sera trop tard", a déclaré Christian Noyer, membre du conseil des gouverneurs de la BCE.

"Je crains que s'il n'y a pas d'accord dimanche ce soit l'effondrement de l'économie grecque et le chaos", a-t-il ajouté. Pour lui, "il peut y avoir des émeutes."

La BCE a jusqu'ici soutenu à bout de bras le système bancaire grec en lui prêtant près de 130 milliards d'euros, toutes opérations confondues, soit presque les trois quarts du PIB grec et un montant sans équivalent dans le reste de la zone euro, a précisé Christian Noyer.

Mais la BCE a dû interpréter ses règles "au maximum" pour maintenir jusqu'ici cette "ligne de survie" et ne pourra pas indéfiniment continuer à prendre des risques, a-t-il ajouté.

Prié de dire quand la BCE devrait fermer le robinet des liquidités, il a répondu : "A partir du moment où il n'y aura plus de perspective d'accord politique sur un programme" de réformes ou quand "le système bancaire grec s'effondrera", en cas de défaut généralisé de la Grèce sur toutes ses dettes.

PAS LA FIN DE L'EURO

Le gouvernement grec ne peut d'ores et déjà pas prendre le risque de rouvrir ses banques, car cela déclencherait une "course aux guichets", a estimé Christian Noyer, selon qui les liquidités injectées ces derniers mois par la BCE ont surtout été envoyées à l'étranger ou "mises sous les matelas".

"Il faut ramener la confiance et, d'ici là, c'est impossible de faire tourner les banques d'une façon normale", a-t-il dit.

Une nouvelle aide financière ne pourra être accordée à la Grèce que si le gouvernement d'Alexis Tsipras présente un programme de réformes "crédibles", a souligné Christian Noyer, sur la même ligne que les dirigeants des autres pays de la zone euro et de la Commission européenne.

"On commence à être très inquiets (...) parce qu'on voit arriver la catastrophe si aucune décision n'est prise", a insisté le gouverneur de la Banque de France.

La BCE inscrit sa politique depuis six mois dans l'hypothèse d'un maintien de la Grèce dans la zone euro mais un "Grexit" ne marquerait pas la fin de la monnaie unique, a-t-il assuré

"Ce serait très malheureux pour la Grèce, ce serait un accident dommageable pour la crédibilité à long terme de l'euro, donc ça devrait être compensé par un renforcement (...) de la solidarité et de la convergence dans la zone euro. Mais ce ne sera pas du tout la fin de l'euro", a-t-il dit.

(Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8657715 le mercredi 8 juil 2015 à 19:11

    @ m431 ... Quel peuple sera traité de voyou, voleur, fainéant et tout autre terme équivalent parce que l'état a failli ? - Ce peuple sera celui qui osera lever la tête pour protester. Les espagnols, probablement.

  • M8657715 le mercredi 8 juil 2015 à 19:08

    Allez les grecs ! Rampez devant le 4ème empire, dites Yavol à tout, votez pour l'Allemagne ... et vous aurez le droit de respirer.

  • stmaster le mercredi 8 juil 2015 à 10:48

    Oui, qu'il garde son baratin, la situation en France n'est pas plus brillante. il verra quand on aura au pouvoir notre Tsipras, en la personne de MLP.

  • harmann le mercredi 8 juil 2015 à 10:40

    tout de facon chacun est responsable de ceux qu'il porte au pouvoir et en France c'est pareil, avec 600 000 elus, 6 millions de fonctionnaires, une dilapidations irresponsable de l'argent public, la situation francaise est encore plus dure en cas de defaut, puisque la pression fiscale est deja forte.

  • gacher le mercredi 8 juil 2015 à 10:31

    ca fait trop longtemps qu'ils jouent à faire peur. Ils ne sont plus crédibles. Les grecs viennent aux réunionx les mains dans les poches, et on paye pour cette clownerie.

  • YTRAM le mercredi 8 juil 2015 à 10:30

    Qu'il garde ses inquiétude pour le moment où ça va arriver en France ,qui suit exactement le même chemin que la Grèce , Que la Banque (d'emprunt ) de France face son boulot en s'occupant de la France

  • V.BENACE le mercredi 8 juil 2015 à 10:30

    "Très malheureux pour la Grèce"?Je n'en suis pas sûr. A très court terme oui. Mais à moyen terme non. Si la Grèce évite les attentats islamistes, les vacanciers vont y aller en masse avec une drachme dévaluée et un PIB en forte hausse.Au fait, combien la France a-t-elle perdu de croissance et de parts de marché parce que l'euro ne lui permet plus de restaurer sa compétitivité alors qu'elle est restée laxiste en ce qui concerne les charges de ses entreprises?

  • M4314275 le mercredi 8 juil 2015 à 10:29

    Le sort de la Grèce est déjà joué. La théorie des dominos se met en place. A qui le tour maintenant. Quel peuple sera traité de voyou, voleur, fainéant et tout autre terme équivalent parce que l'état a failli ?

  • M3571925 le mercredi 8 juil 2015 à 10:22

    Faîtes leur peur, faîtes les paniquer ! ils abandonneront toute résistance !! C'est trés mal connaître le peuple Grec et c'est trés mal apprécier les capacités de résistance d'une population qui a faim ! Varoufakis disait qu'il portera le mépris des créanciers avec fierté !! on comprend bien pourquoi !

  • harmann le mercredi 8 juil 2015 à 10:20

    effet d'annonce, ils ne feront rien, c'est encore une fois de la comm pour dire attention on va le faire.

Partenaires Taux