Sanofi voit ses objectifs confortés par sa croissance

le
0

par Noëlle Mennella

PARIS (Reuters) - Sanofi a confirmé jeudi son objectif annuel de bénéfice par action en publiant des résultats trimestriels affaiblis par la concurrence des génériques mais marqués par une progression à deux chiffres de ses plateformes de croissance, pays émergents, diabète et vaccins en tête.

Le laboratoire pharmaceutique a également été soutenu par l'intégration de la biotech américaine Genzyme, acquise en début d'année pour 20 milliards d'euros, et par la réduction de ses coûts.

En Bourse, son titre a cependant réagi en baisse après cette publication, en ligne avec les attentes des analystes, et sans annonces surprenantes.

A 9h40, il inscrivait un cours de 49,6 euros (-0,59%), donnant au groupe une capitalisation boursière de 66,8 milliards. Le CAC 40 perdait alors 1,03% et l'indice sectoriel européen 0,39%. Le titre a progressé de 3,69% depuis le début de l'année après un recul de 13,9% l'an dernier.

Le directeur général, Chris Viehbacher a indiqué, lors d'une conférence de presse téléphonique que le chiffre d'affaires dans les pays émergents devrait enregistrer une croissance à deux chiffres cette année.

Il a par ailleurs observé que "l'intégration de Genzyme se déroule de manière satisfaisante" et qu'il continuera à regarder des dossiers d'acquisitions.

"Nos plateformes de croissance affichent de nouveau une croissance à deux chiffres et ont plus que compensé l'érosion liée aux génériques", a-t-il poursuivi.

DES RÉSULTATS PROCHES DU CONSENSUS

Chez Oddo Securities, Jean Jacques Le Fur souligne que cette publication "est parfaitement dans la plaque" et ne comporte aucune "annonce particulière nécessitant un commentaire spécial".

Sous couvert d'anonymat, un autre analyste partage ce point de vue tout en saluant "la bonne tenue des pays émergents, notamment si on enlève l'Europe centrale et la Turquie".

A 2.398 millions d'euros au troisième trimestre, le bénéfice net des activités de Sanofi a reculé de 3%. Il est inférieur au consensus de 2.351,2 millions d'euros de Thomson Reuters I/B/E/S. Le bénéfice par action (BPA) ressort à 1,79 euros (-5,3%) à comparer au consensus de 1,77 euro par action.

Le bénéfice d'exploitation a baissé de 4% à 3.344 millions (consensus de 3.373,5 millions) tandis que le chiffre d'affaires affiche une croissance organique de 10,1% (+5% à données publiées) à 8.753 millions d'euros (consensus de 8.932 millions d'euros).

Le groupe indique par ailleurs que Genzyme continue de prévoir une amélioration des perspectives d'approvisionnement de Cerezyme (maladie de Gaucher) à partir de février 2012.

Genzyme s'attend en outre toujours à commencer à fournir du Fabrazyme (maladie de Fabry) fabriqué dans sa nouvelle usine de Framingham (Massachusetts) au cours du premier trimestre 2012.

La production du Cerezyme et du Fabrazyme, les deux principaux médicaments de Genzyme, avait été interrompue momentanément sur le site d'Allston, près de Boston, après la détection en juin 2009 d'un virus dans un bioréacteur.

Au troisième trimestre, le chiffre d'affaires de Genzyme s'est établi a 768 millions d'euros (+6,9%). Hors Genzyme, les ventes du groupe ont été stables au troisième trimestre malgré une perte de chiffre d'affaires de 471 millions d'euros par rapport à 2010 due à la concurrence des génériques.

SANOFI BIENTÔT N°1 MONDIAL ?

Les plateformes de croissance (marchés émergents, diabète, vaccins, santé grand public, nouveaux produits, santé animale, maladies orphelines) ont eux progressé de 11,1% sur juillet-septembre.

Les ventes sur les marchés émergents ont atteint 2.565 millions, soit une progression de 6,8% (+12% en incluant Genzyme). Dans les "BRIC" (Brésil, Russie, Inde et Chine) leur croissance a été de 20,2% (24,2% en incluant Genzyme).

La division diabète affiche quant à elle une hausse de 12,4% grâce aux bonnes performances de Lantus aux Etats-Unis et dans les pays émergents.

Dans les vaccins, l'amélioration des ventes se chiffre à 16,7% grâce à une forte demande conjuguée à des livraisons précoces de vaccins contre la grippe saisonnière aux Etats-Unis.

En oncologie, les ventes d'Eloxatine ont progressé de 179,2% à 310 millions d'euros, conséquence d'une décision de justice qui a permis à Sanofi de conserver son exclusivité sur le marché américain jusqu'au 9 août 2012.

Selon le hit-parade de l'industrie pharmaceutique que vient de publier le cabinet Evaluatepharma, Sanofi devrait profiter de la chute attendue des ventes de Lipitor de Pfizer pour rafler au groupe américain le titre de numéro un du secteur.

Edité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant