Sanofi s'en tient à sa stratégie d'acquisitions ciblées

le
0
SANOFI VOIT SES RÉSULTATS AFFAIBLIS PAR LE POIDS DES CHANGES
SANOFI VOIT SES RÉSULTATS AFFAIBLIS PAR LE POIDS DES CHANGES

PARIS (Reuters) - Sanofi a publié mardi des résultats trimestriels en baisse mais a confirmé ses objectifs annuels et souligné que l'effervescence actuelle du secteur pharmaceutique ne remettait pas en cause sa stratégie d'acquisitions ciblées.

Sur les trois premiers mois de 2014, Sanofi a été affecté par le poids des changes, un ralentissement dans les pays émergents et un repli de l'activité vaccin, alors que le pôle diabète a amélioré ses performances.

Ces résultats, inférieurs au consensus des analystes, sont publiés alors que le laboratoire pharmaceutique vient d'enregistrer des résultats d'étude positifs, notamment pour son vaccin contre la dengue, et que d'autres sont attendus comme ceux relatifs à l'antidiabétique U300, le successeur du Lantus.

Sanofi a confirmé attendre pour la totalité de l'exercice 2014 une hausse de 4% à 7% de son bénéfice par action à taux de changes constants (-9,8% à 5,05 euros en 2013).

Le directeur général du groupe, Chris Viehbacher, a déclaré Lors d'une conférence téléphonique que le groupe avait toujours l'intention de réaliser des acquisitions ciblées dans les pays émergents, les produits sans ordonnance et la santé animale.

"Cela suppose que nous trouvions des acquisitions à un prix qui apporte de la valeur à nos actionnaires. Honnêtement, quand je regarde les prix payés, ce n'est pas toujours possible de le faire", a-t-il dit.

Il a souligné que l'effervescence récente du secteur n'allait pas changer la stratégie de Sanofi, qui entend consacrer un à deux milliards d'euros par an à des acquisitions.

Le géant américain Pfizer veut racheter le britannique AstraZeneca, tandis que le suisse Novartis a décidé d'échanger des actifs avec GSK et de vendre sa santé animale à Eli Lilly..

"PAS BESOIN D'OPTIMISER LES ACTIFS"

"Des opérations importantes sont sur la table et les investisseurs semblent les accepter", a observé Chris Viehbacher tout en soulignant que Sanofi était "en grande forme" et n'avait pas besoin de réaliser une quelconque optimisation de ses actifs.

A fin mars, le résultat opérationnel de Sanofi est en baisse de 7,6% en données publiées (+0,6% à changes constants) à 2.145 millions d'euros (consensus Thomson Reuters I/B/E/S de 2.272 millions), son résultat net a diminué de 3,2% (+5,6% à changes constants) à 1.547 millions (consensus à 1.592 millions) et son BPA de 3,3% (+5,8% à change constants) à 1,17 euro (consensus 1,20 euro).

Le chiffre d'affaires du laboratoire pharmaceutique s'est élevé à 7.842 millions d'euros, en baisse de 2,7% à données publiées mais en croissance organique de 3,5% (consensus de 8.085 millions).

Les ventes dans les pays émergents s'inscrivent en progression de 5,5% à changes constants, alors qu'elles avaient augmenté de 6,5% il y a un an. Ce ralentissement est à mettre au compte de l'Asie dont les ventes n'ont augmenté que de 4% à comparer à la croissance de 11,9% engrangée l'année dernière à la même époque.

Les ventes des vaccins sont en repli de 4,2% à changes constants à 628 millions d'euros, à cause du décalage de livraison du vaccin pédiatrique Pentaxim dans les marchés émergents, explique Sanofi.

Le chiffre d'affaires de l'activité diabète a grimpé de 13,2% à 1.662 millions d'euros sous l'impulsion du Lantus, son produit phare (+13,5%).

(Noëlle Mennella, avec Natalie Huet, édité par Pascale Denis)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant