Sanofi prévoit 600 suppressions de postes sur 3 ans en France

le , mis à jour à 17:31
0
    * Ces suppressions de postes se feront sur la base de 
départs volontaires 
    * Pas d'impact sur la R&D, pas de fermeture d'usines 
    * La filiale Merial n'est pas concernée par les suppressions 
de postes 
    * 400 emplois supprimés chez SWI, 155 chez SAF et 102 chez 
SAG-Syndicats 
 
 (Actualisé avec des réactions syndicales) 
    PARIS, 2 février (Reuters) - Sanofi  SASY.PA  a annoncé 
mardi prévoir la suppression de quelque 600 postes au cours des 
trois prochaines années en France dans le cadre de son plan 
stratégique à horizon 2020 destiné à renforcer sa compétitivité. 
    Le groupe pharmaceutique indique aussi dans un communiqué 
que ce projet de suppression de postes ne prévoit pas de 
fermeture d'usines et qu'il n'aura pas d'impact sur les 
effectifs dans ses activités de recherche et développement 
(R&D).  
    Les suppressions se feront dans le cadre de départs 
volontaires, essentiellement via des pré-retraites "entièrement 
financées" par Sanofi, précise le laboratoire français. 
    Le projet de suppressions d'emplois ne concerne pas Merial, 
la filiale de santé animale dont Sanofi négocie la cession dans 
le cadre d'une opération d'échange d'actifs avec le groupe 
allemand Boehringer Ingelheim  . 
    Selon des représentants syndicaux, 400 postes seront 
supprimés chez SWI (production pharmaceutique) 155 chez SAF 
(visiteurs médicaux) et 102 chez SAG (siège et fonctions 
supports) soit 657 postes au total. 
    Cette réorganisation serait mise en place au début octobre 
2016, ont-ils ajouté. 
    La CFDT, principal syndicat de Sanofi, tout comme la CGT 
juge "inacceptables" les suppressions annoncées par Sanofi 
compte tenu notamment du niveau des bénéfices réalisés par le 
groupe. 
   "Une entreprise qui dégage d'énormes profits ne doit pas 
avoir le droit de supprimer des emplois, c'est pourquoi nous 
interpellons une fois de plus le gouvernement pour empêcher les 
licenciements boursiers", a déclaré Thierry Bodin, coordinateur 
CGT de Sanofi. Il indique que Sanofi a déjà supprimé 4.700 
emplois directs de fin 2008 à fin 2015 en France. 
    "Préparons-nous à bouger afin d'être écoutés par notre 
direction", lâche de son côté Emmanuel Maingard, son homologue 
de la CFDT.   
    Confronté à la baisse de ses ventes dans le diabète, Sanofi 
a indiqué en novembre dernier vouloir augmenter ses dépenses de 
recherche et réduire ses coûts dans les cinq années à venir. 
    Le laboratoire français a ainsi prévu de réaliser des 
économies à hauteur de 1,5 milliard d'euros d'ici à 2018 et une 
augmentation des investissements annuels dans la recherche 
susceptibles d'atteindre jusqu'à six milliards d'euros d'ici à 
2020 (contre 4,8 milliards en 2014). 
    Son directeur général Olivier Brandicourt avait déjà à cette 
époque fait savoir que le nouveau plan stratégique 2020 risquait 
d'affecter "quelques centaines de postes par an pendant trois 
ans". Il avait aussi dit qu'aucune fermeture de sites de 
production n'était envisagée.   
 
 (Matthieu Protard, Matthias Blamont et Noëlle Mennella, édité 
par Jean-Michel Belot) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant