Sanofi-Le nouveau DG rationalise les divisions du groupe

le
0

* Création de 5 entités mondiales, * La nouvelle structure sera mise en place en janvier 2016. * L'objectif est d'optimiser la croissance * Pas d'impact sur l'emploi, dit Sanofi * CFDT et CGT craignent de nouvelles suppressions d'emplois (Actualisés avec des commentaires sur l'emploi chez Sanofi et de syndicats) par Noëlle Mennella PARIS, 15 juillet (Reuters) - Trois mois après sa nomination, le nouveau directeur général de Sanofi SASY.PA Olivier Brandicourt a annoncé mercredi une simplification de l'organisation du laboratoire français qui présentera en novembre prochain un plan stratégique à cinq ans. A compter de janvier prochain, Sanofi sera réorganisé autour de cinq entités mondiales au lieu de sept auparavant : Médecine générale et marchés émergents, médecine de spécialités, diabète et cardiovasculaire, Sanofi Pasteur pour les vaccins et enfin Merial pour la santé animale. "Cette nouvelle organisation est un gage de simplification et de focalisation pour optimiser sa croissance. C'est une étape nécessaire pour s'assurer que les nouveaux médicaments et vaccins de Sanofi consolideront un historique de thérapies innovantes", souligne Olivier Brandicourt dans un communiqué. A son arrivée fin 2008, son prédécesseur Christopher Viehbacher - brutalement limogé en octobre dernier - avait déployé Sanofi autour de sept plateformes de croissance, gérées région par région, que sont le diabète, le cancer, les maladies rares, les produits innovants, les vaccins, l'automédication, et la santé animale. "L'organisation géographique autour des plateformes de croissance avait été utilisée pour passer la "falaise des brevets". La réorganisation que nous annonçont aujourd'hui est mondiale et focalisée sur les aires thérapeutiques", a commenté une porte-parole de Sanofi. Elle a précisé que la prochaine étape pour le groupe était l'annonce, en novembre prochain, de son plan stratégique à cinq ans. ID:nL8N0ZB49R Lors d'une conférence téléphonique avec les secrétaires du comité de groupe France et du comité européen, des représentants de la direction française de Sanofi leur ont assuré que cette organisation ne devrait pas avoir d'impact sur l'emploi, a déclaré à Reuters un représentant de la CFDT. Une porte-parole de Sanofi a confirmé que la réorganisation annoncée "ne comportait aucune réduction d'effectif". Cependant à la CFDT comme à la CGT on craint le contraire. "Nous pensons que l'impact sur l'emploi sera fort dans la recherche médicale en France et dans les fonctions support du groupe", estime un des représentant de la CFDT, le principal syndicat du laboratoire. A la CGT, un élu anticipe "des conséquences sociales sur les activités et sur les emplois" et déplore que la réorganisation n'ait pas été présentée au comité de groupe de Sanofi qui s'est tenu le 8 juillet dernier. Sanofi compte près de 110.000 salariés dans le monde dont 27.000 en France. LE COMITE EXECUTIF INCHANGE La division "diabète et cardiovasculaire" regroupera les traitements du diabète et les médicaments cardiovasculaires de Sanofi, qui comprennent notamment le Praluent, en cours d'examen par la FDA des Etats-Unis et l'Agence européenne des médicaments. Elle sera dirigée par Pascale Witz, aujourd'hui vice-présidente chargée du développement stratégique. Le Praluent, un traitement du cholestérol développé par Sanofi et son partenaire américain Regeneron Pharmaceuticals REGN.O , représenterait un chiffre d'affaires annuel de 4,4 milliards de dollars en 2019, soit le double de celui du Repatha, un médicament concurrent d'Amgen AMGN.O . La FDA américaine doit décider cet été si elle homologue ces deux produits qui ont en commun de cibler une protéine appelée PCSK9 pour traiter les cas difficiles de cholestérol élevé. La division "médecine générale et marchés émergents" rassemblera les produits matures, les génériques, la santé grand public ainsi que l'ensemble de l'activité pharmaceutique des marchés émergents de Sanofi. Elle sera dirigée par Peter Guenter, vice-président en charge des opérations commerciales au niveau mondial. La "médecine de spécialités" comprendra les médicaments de Sanofi destinés à traiter les maladies rares, la sclérose en plaques, l'oncologie et l'immunologie, ainsi que les deux produits biologiques expérimentaux le Sarilumab et le Dupilumab. Elle sera dirigée par David Meeker, le président de Genzyme, la filiale américaine du groupe. Le Sarilumab est un traitement de la polyarthrite rhumatoïde, une maladie inflammatoire chronique considérée comme d'origine auto-immune. Cette molécule cible un marché de 21 milliards de dollars dont Sanofi compte prendre une part significative. Sanofi table sur un dépôt de dossier pour le Sarilumab fin 2015 aux Etats-Unis et fin 2016 dans l'Union européenne et au Japon. ID:nL6N0TA3PN . Le Dupilumab, actuellement en phase III dans le traitement de l'asthme, a été déclaré "avancée majeure" par la FDA dans le traitement d'une autre maladie inflammatoire, la dermatite atopique, une forme grave et chronique d'eczéma. Les analystes évaluent ses ventes à 1,5 milliard en 2025 pour un lancement espéré en 2019. Sanofi Pasteur et Merial continueront de gérer leur portefeuilles actuels de vaccins pour le premier et de produits de santé animale pour le second. Olivier Charmeil et Carsten Hellmann conserveront leurs postes respectifs à la tête de ces deux divisions. "Cette simplification va dans le bon sens. C'est peut-être une première étape", commente Florent Cespedes, analyste à la Société Générale La composition du comité exécutif demeure inchangée. Le titre Sanofi a clôturé mercredi en hausse de 0,81% à 97,40 euros, portant ses gains acquis depuis le début de l'année à près de 29%. * Le communiqué : http://bit.ly/1I2Xq38 (Noëlle Mennella, édité par Jean-Michel Bélot)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant