Sanofi et Merck divorcent pour la vente des vaccins en Europe

le
0
SANOFI ET MERCK SE SÉPARENT POUR VENDRE LES VACCINS EN EUROPE
SANOFI ET MERCK SE SÉPARENT POUR VENDRE LES VACCINS EN EUROPE

PARIS (Reuters) - Sanofi et Merck vont mettre fin à la coentreprise dans les vaccins qu'ils avaient constituée il y a plus de vingt ans pour vendre des vaccins en Europe, jugeant que leur intérêt stratégique est de gérer leur portefeuille de façon autonome.

Leur joint venture, baptisée Sanofi Pasteur MSD, distribue en Europe près de la moitié des vaccins contre la grippe et aussi le Gardasil contre le cancer du col de l'utérus.

"Il y a vingt ans les deux sociétés avaient intérêt à mutualiser leur ressources et avaient de vraies complémentarités. Mais petit à petit, certains de leurs nouveaux produits sont devenus concurrents. Stratégiquement, on avait donc intérêt à se séparer", a commenté un porte-parole de Sanofi Pasteur.

La difficulté de gestion d'une structure intermédiaire dans 19 pays et "des visions stratégiques différentes dans l'organe de direction de la JV", expliquent aussi cette décision, a-t-il précisé.

Les deux groupes, qui ont chacun des filiales spécialisées dans les vaccins, récupéreront leurs propres produits à l'issue du processus. Ils n'ont pas précisé les termes financiers de leur projet, qui devrait être finalisé d'ici la fin de l'année.

"Ce n'est pas une surprise, cela faisait longtemps que Sanofi voulait mettre fin à cette coentreprise. Sur les marchés, c’est un non-événement", commente Eric Le Berrigaud, analyste chez Bryan Garnier.

L'action Sanofi a peu réagi à la nouvelle mais surperformait le marché avec un gain de 0,11% à 72,44 euros à 16h15, contre un recul de 0,87% pour l'indice CAC 40.

Sanofi Pasteur MSD, qui a accusé une baisse de 2,8% de son chiffre d'affaires en 2015 à 824 millions d'euros, emploie 950 salariés en Europe, dont 402 en France. Sa disparition entraînera la suppression nette de 115 postes en France et d'une centaine dans le reste de l'Europe.

"Les deux maisons mères s’engagent à maintenir une présence opérationnelle importante dans le domaine des vaccins à Lyon", a indiqué Sanofi dans un communiqué. "On aura un siège Sanofi Pasteur et un siège MSD Vaccins", a précisé le porte-parole de Sanofi Pasteur.

En France, 50 à 100 salariés "seraient susceptibles de quitter SPMSD mais sur la base du volontariat", a précisé Sanofi. A la CFDT, principal syndicat de Sanofi, on prend note de l'engagement de la direction à ce qu'aucun départ ne soit contraint mais on craint "des départs volontaires un peu forcés".

(Noëlle Mennella, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant