Sandro Rosell, la fin d'une présidence mouvementée

le
0
Sandro Rosell, la fin d'une présidence mouvementée
Sandro Rosell, la fin d'une présidence mouvementée

Sandro Rosell et le FC Barcelone, c'est une histoire finie ! Le président du club catalan a annonce jeudi sa démission et son départ du Barça. Mis en cause dans le cadre des conditions du transfert de Neymar au Barça cet été, Sandro Rosell, en poste depuis le 1er juillet 2010, a annoncé qu'il démissionnait de ses fonctions de président. Et qu'il serait remplacé jusqu'à la fin de son mandat (juin 2016) par Josep Maria Bertomeu. A moins que les socios ne décident d'organiser des élections anticipées pour désigner à la tête du club catalan un autre président que Bertomeu, ex-vice-président en charge du secteur sportif. Rosell a expliqué devant le parterre imposant d'envoyés spéciaux qu'il maintenait sa version de toujours sur les conditions et le prix de l'arrivée de Neymar (57 millions d'euros), mais qu'il ne souhaitait pas nuire à l'image du Barça. « Je ne veux pas que cela affecte l'image du Barça. Et cela fait quelques temps que ma famille reçoit des menaces », a ajouté le désormais ancien homme fort du club barcelonais. Il a par ailleurs précisé qu'il soutiendrait le nouveau président dans sa tâche.

Un recrutement en nombre mais des décisions contestées

Elu le 13 juin 2010 avec 61,35% des voix des socios, les premières années de la présidence Rosell sont marquées par une refonte du staff technique, avec la nomination d'Andoni Zubizarreta comme directeur sportif alors que Guillermo Amor prend la tête de la formation, pépite du club catalan. Il est aussi à l'origine du partenariat entre le Barça et la Qatar Foundation, premier partenaire payant à apparaître sur le maillot blaugrana, ce que certains supporters ne parviennent pas à accepter. Beaucoup de joueurs arrivent au Barça entre 2010 et 2013 : Alexis Sanchez, Cesc Fabregas, Alex Song, Jordi Alba jusque Neymar, dont le transfert douteux causera sa chute suite à une plainte d'un socio se posant des questions sur la destination réelle des sommes dépensées par le Barça. Il lancera aussi le débat autour du stade barcelonais et de sa rénovation, débat qui se termine récemment avec l'annonce d'un projet de reconstruction du Nou Camp avec un stade aux tribunes couvertes pouvant accueillir 105 000 spectateurs. Le tout coûtant environ 600 millions d'euros.

Des problèmes d'entraineur

Mais ce qui a marqué la présidence Rosell, c'est un début de continuité au poste d'entraineur avant de marquer une rupture forte. En effet, à son arrivée à la tête du club, il décide logiquement de maintenir sa confiance à Pep Guardiola, qui reste sur une année 2009 exceptionnelle. Mais ce dernier décide de quitter le club au terme de la saison 2011-12 et de son contrat. Sandro Rosell joue la carte de la continuité et donne les clés de l'équipe à l'ancien adjoint de Pep Guardiola, Tito Vilanova. Mais ce dernier souffre d'un cancer et doit quitter son poste une première fois en décembre 2012 suite à une rechute. Son adjoint Jordi Roura assure l'intérim jusque début janvier avant de reprendre les rennes en février et mars quand Vilanova doit subir un traitement à New York. Tito Vilanova revient à son poste et termine la saison. Mais en juillet 2013, il déclare ne plus pouvoir assurer ses fonctions. C'est à ce moment que Sandro Rosell décide de mettre fin à la continuité en faisant venir un entraineur venu de l'extérieur, l'Argentin Gerardo « Tata » Martino, en provenance des Newell's Old Boys. Sa dernière décision forte à la tête d'un club qu'il quitte à son tour aujourd'hui.Avec A.C

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant