Sanctions contre Jean-Marie Le Pen : que disent les statuts du FN ?

le , mis à jour à 19:44
0
Sanctions contre Jean-Marie Le Pen : que disent les statuts du FN ?
Sanctions contre Jean-Marie Le Pen : que disent les statuts du FN ?

De quelle marge de manoeuvre, Marine Le Pen dispose-t-elle? La présidente du Front national annonce, dans son communiqué de ce mercredi matin, son intention «de réunir rapidement un bureau exécutif afin d'envisager avec lui les moyens de protéger au mieux les intérêts politiques du Front National» après les nouvelles provocations de Jean-Marie Le Pen. Reste à savoir quelle sanction elle peut appliquer contre son président d'honneur de père.

Lui retirer son investiture pour conduire les régionales en PACA en décembre prochain, tout d'abord. «J'ai informé Jean-Marie Le Pen que je m’opposerai, lors du bureau politique du 17 avril prochain qui doit investir les têtes de listes pour les élections régionales, à sa candidature en Provence-Alpes-Côte d’Azur», fait-elle savoir.

Mais Jean-Marie Le Pen est conseiller régional, eurodéputé et surtout président d'honneur du Front national. Un titre qu'il est compliqué de lui retirer. Dans l'article 11 bis des statuts du Front national, rajoutés en 2011 lorsque Jean-Marie Le Pen a cédé sa place à Marine Le Pen à la tête du FN, il est écrit que le parti réuni en Congrès «peut nommer un président d'honneur», que celui-ci «est membre de droit de toutes les instances du mouvement» et que «pour pouvoir être nommé, il devra avoir accompli deux mandats comme président du FN, et ce pendant une durée d'au moins cinq ans».

Philippot : «Toutes les options sont sur la table»

Aucune mention donc d'un dispositif pour lui retirer ce titre. Juridiquement, le FN ne peut donc que modifier les statuts pour introduire une telle possibilité. Pour apporter une modification, il faut réunir un Congrès extraordinaire, d'après l'article 27 de ces mêmes statuts. «Retirer sa présidence d'honneur? Je ne pense pas que ça soit possible», relève un haut gradé frontiste. «Statutairement, Jean-Marie Le Pen a tout bouclé, il a fait les statuts à sa main, mais lui-même a violé ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant