Sánchez Flores, le pragmatique espagnol

le
0
Sánchez Flores, le pragmatique espagnol
Sánchez Flores, le pragmatique espagnol

Septième de Premier League avec Watford, Quique Sánchez Flores est depuis cet été l'un des nouveaux hommes qui comptent en Angleterre. Un coach qui a sû remettre du style dans un Watford qui en manquait cruellement.

C'est le temple de la créativité. Le lieu où les artistes de Madrid se donnent rendez-vous, une fois par semaine, plusieurs par mois et au moins un soir dans l'année. Au cœur de la Maria de Molina, à Madrid, dans les seventies. C'est le Madrid de la fête où l'on se retrouve pour fêter Noël, tous ensemble, chez Lola Flores, La Faraona, icône du flamenco espagnol. Enfoncés dans les canapés, des danseurs comme Antonio Gades, l'ancien champion du monde des poids légers Pedro Carrasco, mais aussi des metteurs en scène. On rentre comme ça. Tous, sauf un couple qui est, lui, reçu en personne par la maîtresse de maison. L'homme est plus qu'une icône, c'est une légende à Madrid. Alfredo Di Stéfano est une référence, un joueur qui a gagné cinq C1 avec le Real Madrid, huit championnats d'Espagne, mais surtout confondu son histoire à celle du Real. Di Stéfano et sa femme, Sara, sont des amis intimes de Lola Flores. Ils sont même une partie de son histoire personnelle, car depuis quelques années, Alfredo est le parrain du neveu de Lola. Un certain Quique Sánchez Flores.

Quique, fils d'Isidro


Enrique a aujourd'hui 50 ans et se souvient de "ces manteaux qui s'entassent, des gens qui dansent". Plus encore, il raconte une famille habitée "par l'esprit de la scène". Car si Lola est une référence du flamenco en Espagne, sa sœur, Carmen, la mère d'Enrique, est actrice. Le père, lui, a épousé l'autre passion de Madrid. Isidro Sánchez est un joueur du Real et un coéquipier de Di Stéfano avec qui il remporta quatre Liga. Il ira terminer sa carrière en Catalogne, à Sabadell. Nous sommes en 1965, Enrique a seulement quelques mois. "Quand mon père jouait à Sabadell, je voulais aller le voir jouer. J'y allais avec mon frère et on jouait sur le terrain pendant la mi-temps. C'est à cet âge-là, très tôt, que j'ai commencé à comprendre mon rapport particulier au football." Longtemps, Enrique est jugé comme le fils d'Isidro. Il commence le football au Galáctico Pegaso, un club de la banlieue de Madrid, avant de rejoindre à l'âge de 19 ans le FC Valence. Il y jouera dix ans avant de connaître lui aussi l'atmosphère du Bernabéu, y gagner une Liga en 1995, et finir sa carrière à Sagarosse.

Watford,…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant