San José : la belle épopée

le
0

Orvault est devenu, le temps d'un weekend, la capitale du foot européen. Les U11 de San José, équipe d'un quartier paisible de Valence participent pour la première fois à ce type de tournoi XXL. Reportage embarqué avec un Miguel, un José et un Jav

"Joder", "vamos chavales", "Ostia", "venga", les signes d'encouragements et de dépits s'entremêlent sur le bord de la pelouse. Après 3 victoires et 1 nul, les Espagnols de San José, petit club d'un quartier de Valence, en Espagne, voient devant eux se dresser un défi de taille : l'ogre nantais, qui compte un parcours sans-faute dans cette poule du Mini-mondial d'Orvault, tournoi pascal réputé dans l'Ouest, regroupant 120 équipes en compétition, dont le Barça, Chelsea, la Juve Manchester City, les gros clubs français, une Entente Côteau du Vignoble ou San José.
Des jours de congés et des cris
Les Canaris, version miniature, sont clairement favoris pour le choc de cette poule. Le vainqueur se qualifiera pour la phase finale et une nouvelle poule de 3, censée définitivement écrémer le plateau avant les choses sérieuses : les quarts de finale. La quinzaine de personnes encadrant et accompagnant les petits Espagnols donne de la voix et de l'énergie, à l'ombre d'un Barça qui attire évidemment tous les regards. Parmi eux, Vicente, papa de Javi, le petit 8 de l'équipe, pas franchement le meilleur mais qui se bat comme un chacal sur le rectangle vert, porte un bronzage de mec connaissant son premier soleil de l'année. "J'ai pris deux jours de congés pour suivre mon fiston," dit ce grand fan du Real Madrid. Sur le terrain, Javi semble plutôt tétanisé par la verve de son père, bruyant le long de la main courante et intransigeant avec le petit.

Après une victoire 9-0 face à une équipe locale, Adrian, l'entraîneur de l'équipe, 27 ans au compteur, grosse barbe, look soigné et gros smile, fait les présentations : "Cela fait 6 ans que je m'occupe des jeunes du club. Depuis mon arrivée, bien jouer au ballon, pratiquer un jeu simple fait de passes, de remises et de jeu en mouvement, à l'image du Barça, est ce que l'on souhaite développer comme idée du football dans notre club" Ok, sur le principe, l'idée est louable mais dans la pratique, le résultat n'est pas si évident à saisir. Peu importe. "L'objectif n'est pas de gagner le tournoi, confesse Adrian. De toute façon, avec City, Monaco, Chelsea ou la Juve, il ne faut pas se voiler la face, la tâche est ardue. Nous, on essaie de faire vivre une expérience positive aux enfants pour qu'ils s'ouvrent et se confrontent à des...

aaa


 

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant