San Francisco: l'auteur de la chasse au trésor sur Twitter tombe le masque

le
0
San Francisco: l'auteur de la chasse au trésor sur Twitter tombe le masque
San Francisco: l'auteur de la chasse au trésor sur Twitter tombe le masque

Le mystérieux donateur américain qui a lancé une chasse au trésor dans San Francisco par le biais du compte Twitter @HiddenCash est sorti du bois mardi assurant que son initiative était totalement désintéressée."Il y a quelques semaines, j'étais avec des amis et on parlait de notre désir de donner de l'argent et de le faire en s'amusant", a raconté Jason Buzi lors d'un entretien face à la caméra sur CNN."Nous avons envisagé plusieurs pistes", a continué cet Américain qui a fait fortune dans l'immobilier. "Et puis nous nous sommes dit: pourquoi ne pas laisser de l'argent par-ci par-là, monter un site sur internet et donner des indices aux gens pour qu'ils le retrouvent?".C'est finalement sur Twitter sous le compte @HiddenCash, qui signifie "argent caché", que M. Buzi et ses amis ont démarré cette chasse au trésor incongrue, le mois dernier.Les indices dissipés au fil des tweets menaient à des billets de banque dissimulés à travers San Francisco, du Palais des Beaux-Arts au Golden Gate Bridge. "Nouvelle livraison à SF: trouvez M. Franklin dans la rue la plus tortueuse (vers la fin)" disait l'un des tweets qu'un habitant a su décrypter pour trouver un billet de 100 dollars à l'effigie de Benjamin Franklin dans la Lombard street, la fameuse rue sinueuse de San FranciscoL'initiative a fait des émules à Los Angeles, mais pas seulement, s'est félicité M. Buzi qui a parlé de plusieurs centaines de "copieurs" à travers le pays. La surprise supplémentaire pour M. Buzi a été de réaliser que les gens s'amusaient vraiment à sortir de chez eux et à parcourir leur ville pour dénicher les sommes d'argent cachées."Beaucoup de personnes n'arrivent pas à croire que c'est désintéressé. Ils pensent que cela fait partir d'une stratégie marketing ou qu'ils vont se faire avoir, mais ce n'est pas le cas!", a-t-il assuré. "Nous le faisons vraiment pour rendre un peu de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant