Samuel Benchetrit : « Marie, mon premier amour, ma fondation »

le
0
Samuel Benchetrit au Festival du film d'Angoulème, le 27 août 2015.
Samuel Benchetrit au Festival du film d'Angoulème, le 27 août 2015.

Treize après la mort de son ex-femme, Marie Trintignant, l’écrivain, réalisateur et acteur publie un livre en hommage à la comédienne disparue.

Je ne serais pas arrivé là si…

Si je n’avais pas entendu mon père me répéter si souvent : « n’aie surtout pas la même vie que moi ! » Il était serrurier dans la banlieue parisienne et n’en était pas heureux. Horaires stricts, journées monotones. Il était étouffé par cette vie et j’en étais conscient.

Et puis voilà qu’un soir, je devais avoir 11 ans, nous avons regardé en famille l’émission Apostrophe. La télévision était arrivée très tard chez nous, je ne la regardais quasiment que le vendredi soir. Et justement, sur le plateau de Bernard Pivot ce jour-là, se tenaient trois hommes incroyables : Roman Polanski, Marcello Mastroianni et François Truffaut.

Emission mythique ! Ils étaient élégants, éloquents, décontractés. Ils avaient l’air d’être en transit entre deux avions, deux amours, deux missions. Et quand Bernard Pivot les a interrogés sur leur enfance, tous trois l’ont décrite comme désastreuse. J’ai été subjugué.

« C’est qui, ces types ? », ai-je demandé à mon père. « Des réalisateurs, m’a-t-il répondu. Des gens de cinéma… » Eh bien moi, cette brillance qu’ils affichaient, là, m’a instantanément fait l’effet d’un aimant très puissant.

Alliez-vous au cinéma ?

Je regardais surtout des cassettes avec mes copains. Il n’y avait pas encore Internet et on allait visionner des films chez les uns et les autres. D’abord beaucoup de films d’horreur et quand il fallait rentrer la nuit en traversant la cité HLM, c’était hyper angoissant. Puis on a regardé ensemble des films por...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant