Samsung, marque la plus contrefaite sur Internet

le
0

Les marques de produits high tech sont désormais les plus visées par la contrefaçon dans le e-commerce. Face à l'importance des enjeux, entreprises et État continuent de se mobiliser.

La contrefaçon s'adapte aux tendances de consommation. Avant, c'était le secteur de la mode qui était le plus copié. Désormais, ce sont les produits high tech, smartphones en tête. Selon un classement de PriceMinister, que Le Parisien a dévoilé hier, sur les 20 marques les plus contrefaites dans le e-commerce, plus de la moitié proposent des produits high tech.

PriceMinister a publié son top 20 des marques les plus contrefaites

Selon le site de vente en ligne, les smartphones représentent à eux seuls un tiers des faux saisis. C'est le groupe coréen Samsung qui occupe la première place du classement des marques les plus contrefaites. Suivi de la marque de casques audio et de haut-parleurs Beats Electronics puis de Monster Cable, société de cables audio et vidéo. Le géant Apple se retrouve, lui, à la 9e place derrière Microsoft (7e). Dans ce classement, figurent également les traditionnelles enseignes de luxe comme Armani (10e), Chanel (11e), Louis Vuitton (20e) et des équipementiers sportifs comme Nike (4e) ou Adidas (18e).

Des sites en lignes actifs dans la luttre contre les copies

Afin de lutter plus efficacement contre le marché des faux, de nombreux sites de vente en ligne ont signé la «charte de lutte contre la contrefaçon sur Internet» instaurée en 2009. Celle-ci les engagent à «mettre en place des moyens concrets pour lutter de manière réelle et tangible contre la contrefaçon». Parmi les signataires on trouve le groupe Rakuten-PriceMinister mais aussi plus récemment des sites comme Le Bon Coin, Vide Dressing, ou encore Instant Luxe. Le commerce en ligne est en effet devenu l'un des principaux vecteurs d'entrée sur le territoire de produits contrefaits et représentait plus de 30% des saisies en 2012, selon les dernières données de la Douane. Au total en 2014, la Douane française a déclaré avoir saisi 8,8 millions d'articles contrefaits, soit 1,2 million de plus que l'année précédente.

La contrefacon coûte cher

La contrefaçon coûte très cher. L'Unifab, association de défense de la propriété intellectuelle, estime qu'elle représente un manque à gagner de 6 milliards d'euros par an en France et de 200 à 300 milliards d'euros dans le monde. L'Unifab remarque qu'à ces coûts s'ajoute le risque que représentent les produits copiés pour la santé publique. Ceux-ci ne respectent les normes de sécurité en vigueur dans l'Union européenne et peuvent donc mettre en danger la vie des personnes.

De plus, selon les chiffres de l'OCDE, la contrefaçon serait la cause directe de la supression de 100.000 emplois en Europe dont 30.000 en France.

Face à l'importance des enjeux économiques, le gouvernement français accentue sa lutte contre le marché des copies. La loi anti-contrefaçon a été adoptée en mars 2014 et la secrétaire d'État au Numérique, Axelle Lemaire est intervenue en avril 2015 afin de demander l'accélération de la publication de ses décrets d'application.

Que faire en cas d'acquisition d'un produit contrefait?

En cas d'achat d'un produit contrefait sur un site d'e-commerce, le consommateur dispose de recours. Il doit tout d'abord prendre contact avec le site afin de signaler le revendeur et obtenir, si possible, le remboursement du produit frauduleux. Instant Luxe et PriceMinister assurent par exemple rembourser intégralement leurs acheteurs dans ces conditions.

Dans le cas ou le consommateur achète volontairement un produit contrefait, il se place sous le joug des mêmes sanctions que les vendeurs du produit. Tous les deux risquent jusqu'à trois d'emprisonnement et 300.000 euros d'amende. De quoi s'y reprendre à deux fois avant de faire une trop bonne affaire.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant