Samsung arrête les frais après les explosions de batteries

le , mis à jour à 06:53
0
Samsung arrête les frais après les explosions de batteries
Samsung arrête les frais après les explosions de batteries

Les explosions de batteries à répétition, relayées par les réseaux sociaux, auront eu raison du Galaxy Note 7. Samsung a ordonné hier soir la fin de la vente et de l'échange du téléphone au niveau mondial « pour permettre « une enquête approfondie » sur ces incidents qui l'ont déjà fortement plombé. Plus tôt dans la journée, le géant sud-coréen de l'électronique avait déjà annoncé qu'il suspendait la production de son smartphone de grande taille. Le sort du Note 7 semble donc scellé.

 

Lancée cet été avec l'objectif de couper l'herbe sous le pied à Apple et son iPhone 7, la commercialisation de ce modèle haut de gamme avait pourtant bien commencé, avec des précommandes supérieures aux attentes. Elle s'est rapidement transformée en vrai cauchemar.

 

Défaut de construction

 

Les premières explosions de batteries, causées par un défaut de construction, avaient d'abord obligé Samsung à organiser en urgence le rappel — toujours en cours hier — des 2,5 millions d'appareils déjà vendus. Une gigantesque opération dont le coût est estimé entre 1 Md$ et 2 Mds$ (de 897 M€ à 1,79 Md€). En France, seuls quelques milliers d'exemplaires auraient été précommandés. La rapidité de réaction de l'entreprise coréenne aurait pu sauver la mise et préserver son image de marque. Mais, catastrophe, de nouveaux feux et explosions de batteries sont survenus sur des modèles de remplacement normalement « sans danger ». Ils ont définitivement mis à mal la carrière avortée du Note 7.

 

Face à une telle bérézina, les trois plus gros opérateurs téléphoniques américains ont renoncé à remplacer les Note 7 et, pour certains, décidé de ne plus les vendre, en conseillant même à leurs clients de se tourner vers d'autres modèles. Une véritable gifle pour Samsung qui voit, dans le même temps, son cours en Bourse s'effondrer à Séoul (jusqu'à 4 % hier matin avant de terminer finalement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant