SAMIR AÏT SAÏD : Même plus mal

le
0
SAMIR AÏT SAÏD : Même plus mal
SAMIR AÏT SAÏD : Même plus mal

Sans détour, il avoue avoir « très souvent des flashs en fermant les yeux au moment de dormir ». Samir Aït Saïd revoit alors « la scène » de ce maudit samedi 6 août, le jour où son rêve d'or olympique s'est transformé en cauchemar à Rio. Au cours des qualifications en gymnastique, le Français de 26 ans est victime d'une double fracture tibia-péroné gauche à la suite d'une mauvaise réception sur un double saut carpé au cheval-d'arçons.

 

« J'ai l'image de ma jambe tordue, confie le gymnaste d'origine kabyle. Je ressens aussi encore l'énorme déception, moi qui étais aux portes d'une finale olympique. Mais ça ne dure que trente secondes, car je me dis : t'es bête de penser à ça. » Il en faut plus à Samir Aït Saïd pour s'apitoyer sur son sort. « Dans la vie, il y a ceux qui abandonnent au moindre accident, et ceux qui se battent », lâche celui qui s'était fracturé la jambe droite quelques semaines avant les JO de Londres en 2012.

 

Alors, comme au lendemain de sa glaçante blessure où il avait posté, le sourire aux lèvres, une vidéo pour rassurer ses fans juste après son opération, c'est d'humeur badine que le champion d'Europe aux anneaux en 2013 poursuit aujourd'hui sa rééducation à Paris. A raison de deux heures par jour jusqu'en janvier, à l'Insep. « Tudo bem » (tout va bien, en portugais), plaisante-t-il, comme un clin d'oeil à son triste souvenir brésilien. « Pour courir, c'est encore un peu tôt mais je me déplace sans béquilles. Je peux aussi reconduire, c'est le top car je déteste dépendre de quelqu'un. Guillaume (NDLR : Augugliaro, son ami gymnaste remplaçant à Rio) devait me véhiculer partout. Des potes de mon école de kinésithérapeute de Saint-Maurice (où il est en troisième et dernière année) sont même venus dormir à la maison en septembre pour m'emmener en cours le lendemain matin. »

 

En attendant une prochaine opération pour lui retirer deux des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant