Salvioni : "Évra et Tamazout avaient mis le feu contre Laval"

le
0
Salvioni : "Évra et Tamazout avaient mis le feu contre Laval"
Salvioni : "Évra et Tamazout avaient mis le feu contre Laval"

Entraîneur ayant sillonné les divisions inférieures italiennes, Sandro Salvioni a fait un passage remarqué à l'OGC Nice de 2000 à 2002. À son actif, une promotion en Division 1 et le replacement d'un attaquant au poste d'arrière gauche, un certain Patrice Évra.

Juste pour nous situer, c'était comment le Nice italien ?
Quand j'ai débarqué à l'été 2000, le Gym appartenait depuis déjà trois ans à Franco Sensi, alors président de la Roma, et qui a vendu le club à des entrepreneurs corses à 8 matchs de la fin de ma seconde saison, soit celle de la montée. À mon arrivée, il y avait des gars comme Bravo, Grassi, Marquet qui avaient eu des problèmes avec les supporters et qui ont donc juste fait le stage de pré-saison. J'ai pourtant tenté de les convaincre de rester, mais il n'y avait rien à faire. Le directeur général était Federico Pastorello qui est aussi agent de joueur. Jusqu'alors, je bossais avec son père à Parme depuis cinq ans en tant qu'entraîneur des U19 gialloblu. D'ailleurs, j'y coachais plusieurs de ses gars dont Ghidini et Verdi, qu'on a emmenés à Nice. J'ai fait aussi venir Cinetti que j'avais eu à la Pro Vasto en D4, mais à part lui qui était un garçon sympathique, ils ont tous eu un peu du mal.

Évra faisait aussi partie de ces "Italiens".
Il arrivait de Monza en Serie B où il avait connu Pastorello qui était donc devenu son agent. J'avais demandé à ce dernier un attaquant petit et rapide comme je les aime, mais je n'avais jamais entendu parler de Patrice. Nous disputions un amical à Carros lorsqu'on s'est croisés pour la première fois, il me tend la main et me dit : "Enchanté, Patrice." Je ne le voyais pas, car son visage était caché par la visière de sa casquette, je n'avais pas du tout aimé sa façon de se présenter, mais c'était un gamin de 19 ans très timide.

Et il était comment comme attaquant ?
Dès que je l'ai vu, j'ai dit à mon directeur sportif qu'il ferait un bon ailier gauche dans mon 4-4-2 ou 4-2-4. Il a joué 15 minutes durant cet amical, il était pas mal du tout, mais je le préférais sur le côté. Je lui en ai fait part, mais lui préférait évoluer avant-centre. J'ai insisté en lui parlant de ses qualités physiques, son habileté à passer son vis-à-vis, sa qualité de centre. Quand je bossais avec mes défenseurs, je l'invitais à participer aux exercices pour lui faire comprendre le travail de couverture d'un ailier quand son arrière se superpose. Rien à faire, il voulait être attaquant. Du coup, je l'envoyais avec la CFA où il…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant