Salvatore Sirigu, à la croisée des chemins

le
0

À 28 ans, Salvatore Sirigu va disputer son troisième quart de finale de Ligue des champions. Le gardien de but est à un tournant de sa carrière. S'il veut combler l'écart qui le sépare des meilleurs du poste, il doit sortir un gros match sur la scène européenne. Ce qu'il n'a encore jamais fait...

Petr Čech, Manuel Neuer, Iker Casillas, Víctor Valdés, Edwin van der Sar, Júlio César. La liste des derniers gardiens vainqueurs de la Ligue des champions tutoie le Graal. C'est le gratin de la profession. Ou presque. Salvatore Sirigu n'appartient pas à cette catégorie. Et surtout pas en Ligue des champions où le portier parisien cherche toujours son match référence dans les rencontres à élimination directe. Ce soir, c'est déjà le troisième quart de finale de C1 pour l'Italien. Le troisième de suite. Il n'a encore jamais réussi à préserver sa cage inviolée (2-2, 1-1 en 2013 face au Barça, 3-1, 0-2 l'an dernier contre Chelsea). Alors que les Parisiens ont réussi un véritable exploit en éliminant Chelsea au tour précédent, Sirigu sort de cette double confrontation avec trois buts concédés et aucun arrêt décisif. Certains avanceront sa parade à Stamford Bridge sur la frappe de Ramires. Vrai. Mais sur le corner qui suit, les Anglais ouvrent le score par Cahill, rendant caduque sa parade. Le karma, quoi.

Pendant ce temps, Courtois, bien qu'éliminé, aura été le meilleur joueur de Chelsea. Sirigu, lui, attend toujours son heure de gloire sur la scène européenne. Une rencontre après laquelle on pourra tous se regarder et dire : "Sirigu, respect. Un bonhomme". Aujourd'hui, on est plutôt en train de ressortir le refrain habituel à chaque sortie du portier transalpin. "Sirigu ? Il a encore pris des buts sur lesquels il ne peut rien faire." Parce que voilà, difficile de trouver des grosses boulettes du numéro 30 parisien. Il n'en fait pas. Ses faiblesses sont connues (jeu au pied, sortie aérienne) et, globalement, son niveau de jeu est le même que lors de son arrivée en 2011. Sirigu est un très bon gardien. De Ligue 1. Mais pour rêver plus grand, ça ne suffit pas.
Lloris, Čech, les rumeurs gonflent
Cette saison, le gardien prend plus de buts que d'habitude (26 en 30 matchs alors qu'il n'en avait pris que 23 en 37 matchs l'an dernier). Surtout, il n'est pas tellement mis à contribution puisqu'en 30 rencontres de championnat, Salvatore Sirigu n'a fait que 27 arrêts. Autant dire qu'il doit trouver le temps long. Et stressant. Surtout que depuis plusieurs semaines, les coulisses parisiennes bruissent. Hugo Lloris aurait ainsi été (re)proposé au club de la capitale. Dans le même temps, Petr Čech en a marre de son statut de…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant