SALON-Ferrari revient au moteur turbo pour limiter le CO2

le
0

GENEVE, 3 mars (Reuters) - Ferrari a choisi d'équiper d'un moteur turbo son nouveau modèle, la California T, une première en plus de 20 ans qui illustre les efforts des constructeurs de voitures de luxe pour se plier aux nouvelles règles d'émissions polluantes sans sacrifier la performance.

Le nouveau huit cylindres de la California T - l'une des vedettes annoncées du salon automobile de Genève cette semaine - consommera selon Ferrari 15% de carburant de moins que son prédécesseur "atmosphérique", ramenant ainsi ses émissions de dioxyde de carbone (CO2) de 299 à 250 grammes par kilomètre (g/km).

Il s'agit du première modèle Ferrari doté d'un turbocompresseur depuis le coupé F40 commercialisé entre 1987 et 1992.

Le constructeur, filiale de Fiat FIA.MI , assure avoir résolu le problème des retards à l'accélération souvent reproché aux moteurs turbo. La California T affiche ainsi une accélération de zéro à 100 km/h en 3,6 secondes, assure Ferrari, soit 0,2 seconde de moins que la California de 2002.

Le prix de vente du nouveau modèle n'a pas été rendu public mais devrait être nettement supérieur à celui de 185.000 euros de la première California.

La réduction de la consommation de carburant est l'une des priorités du budget de deux milliards d'euros sur cinq ans alloué par Ferrari à son département de recherche et développement.

Le constructeur, qui a lancé l'an dernier son premier modèle hybride, LaFerrari, vendu un million d'euros, assure que les émissions de CO2 de ses modèles ont déjà diminué de 40% en moyenne depuis 2007.

Les voitures de luxe vont continuer d'émettre davantage que les modèles classiques mais elles doivent au moins progresser dans ce domaine, explique Jay Nagley, directeur du cabinet de conseil spécialisé Redspy.

"Elles ne veulent pas ressembler à des dinosaures", résume-t-il.

Lamborghini évite pour l'instant les moteurs turbo et n'a pas l'intention dans l'immédiat de se lancer dans l'hybride. La filiale de Volkswagen VOWG_p.DE présente à Genève la Huracan LP 610-4, qui succède à la Gallardo et dont le moteur 10 cylindres émet en moyenne 290 grammes de CO2 au kilomètre.

"L'une des choses qui rendent une Lamborghini tellement unique, c'est la musique qui sort des pots d'échappement", explique Nick Wirth, de la Royal Academy of Engineering britannique. "Avec un moteur turbo, l'orchestre serait un peu plus silencieux."

Il ajoute toutefois que les marques les plus exotiques finiront par devoir passer au turbo et à l'hybride pour respecter les règles en matière d'émissions. "A terme, tout le monde devra aller dans ce sens-là", dit-il.

Voir aussi :

* Auto-Un parfum de dolce vita flottera sur le salon de Genève ID:nL6N0LX21X

(Agnieszka Flak, Marc Angrand pour le service français, édité par Dominique Rodriguez)

 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant