Salon de l'agriculture : ces animaux qui vont mourir vous saluent

le
3
Cela fait maintenant onze ans que les plus belles bêtes d?engraissement font un baroud d?honneur au salon avant d?être envoyées à la boucherie.
Cela fait maintenant onze ans que les plus belles bêtes d?engraissement font un baroud d?honneur au salon avant d?être envoyées à la boucherie.

Lucie, 5 ans, regarde d'un air extatique Fontaine, une magnifique vache charolaise de 6 ans. Elle tend la main pour la toucher. Mais l'animal, qui est couché et rumine avec application, n'a pas un coup d'?il pour la gamine. « Lucie, sais-tu que, dans trois semaines, tu pourrais manger Fontaine ? » La gosse a une grimace qu'elle cache dans le manteau de sa mère « Nonnnn? » Lucie doit se dire que cet énorme adulte qui lui tend un micro plaisante probablement. Malheureusement, non ! Les dix b?ufs charolais qui mâchonnent tristement une herbe sèche dans leur stalle ont été, la veille, les vedettes d'une vente aux enchères qui s'est déroulée au Salon de l'agriculture.

 

Cela fait maintenant onze ans que les plus belles bêtes d'engraissement font un baroud d'honneur au salon avant d'être envoyées à la boucherie. Fontaine a décroché le record cette année, avec une enchère de 13 000 euros. Quatre fois le prix ordinaire. « Après le salon, elle retournera trois semaines à la ferme pour évacuer son stress, puis elle sera menée à l'abattoir par son nouveau propriétaire », explique l'éleveur. Avis aux admirateurs de Fontaine qui pourront la manger d'ici un mois ou deux au restaurant Hall West de Limoges. En revanche, sa copine Exubérante, qui n'a atteint que 8 000 euros, sera débitée en bifteck dans les Franprix de Combs-la-Ville et de Lagny-sur-Marne.

Au salon, ce sont ainsi...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Breizhll il y a 9 mois

    Bah, moi j'ai été élevé à la campagne, pour faire des économie, mes parents achetaient des animaux petit qui grandissaient dans le jardin, nous jouions avec et après nous les mangions et alors.... les animaux n'étaient pas martyrisé, ils étaient même bichonnés... c'est dans l'ordre naturel des choses dans la plupart des campagne. Malheureusement, il y a des citadins qui n'y connaissent rien et qui viennent donner des leçons aux campagnards, qui eux vivent pour la plupart nettement mieux..

  • frk987 il y a 9 mois

    Nous sommes des carnassiers (mangeurs de cadavres), nous n'y pouvons rien, c'est ainsi, PAR contre l'animal doit être respecté, soigné et abattu dans des conditions d'humanité complète. Egorger des porcs sans anesthésie c'est un SCANDALE. idem pour les bovins.

  • m.bouil4 il y a 9 mois

    Article rédigé par un végétarien, à l'évidence