SALON-Airbus Helicopters défend le Super Puma dans un marché déprimé

le , mis à jour à 15:19
0
 (Dans le 3e paragraphe, prière de lire le H225 et non pas le 
Super Puma) 
    * Le Super Puma a un avenir après le crash d'avril en 
Norvège-PDG 
    * Cause: conception, production, maintenance ou les 
trois-PDG 
    * Pas de reprise dans les hélicoptères pétroliers en 2016 et 
2017 
 
    par Cyril Altmeyer et Tim Hepher 
    PARIS, 13 juillet (Reuters) - Le PDG d'Airbus Helicopters 
 AIR.PA  a défendu mercredi le Super Puma, à l'origine d'un 
crash en Norvège fin avril, dans un marché des hélicoptères qui 
devrait rester déprimé en 2016 et en 2017 malgré la remontée des 
cours du pétrole au premier semestre. 
    "Il est évident que le Super Puma aura un avenir", a dit 
Guillaume Faury à Reuters, répondant à des interrogations qui 
ont émergé dans l'industrie après l'accident qui a fait 13 
morts. 
    Airbus Helicopters, le numéro un mondial des hélicoptères 
civils, cherche à déterminer pourquoi cet accident s'est 
produit, a-t-il ajouté, tout en soulignant qu'il s'agissait du 
premier accident mortel du H225, le dernier dérivé en date de la 
famille des Super Puma, très utilisée dans le monde. 
    "Pour l'instant, nous ne savons pas si c'est la conception, 
la production, la maintenance ou un mélange des trois et (...) 
nous devons rechercher la racine du problème pour ensuite le 
résoudre", a expliqué le patron d'Airbus Helicopters. 
    Le crash provient probablement d'une usure du métal de la 
boîte de transmission principale, selon le rapport préliminaire 
des enquêteurs norvégiens publié le 28 juin.   
    L'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) avait 
annoncé le 2 juin une interdiction temporaire de vol des 
hélicoptères Super Puma après la découverte d'une usure anormale 
du métal sur la boîte de transmission d'un exemplaire de 
l'appareil.      
    La remontée des cours du pétrole au premier semestre n'est 
pas suffisante pour relancer la demande en hélicoptères pour le 
secteur pétrolier et gazier où les entreprises continuent à 
réduire leur coûts, a également souligné Guillaume Faury. 
    "Il y a encore une surcapacité dans le secteur des 
hélicoptères pour l'industrie pétrolière et gazière et je ne 
prévois pas que la situation changera en 2016 et en 2017", 
a-t-il dit. 
    Même avec une hausse raisonnable des prix, cela prendra du 
temps avant que les investissements redémarrent, a noté 
Guillaume Faury. 
    "Peut-être sommes-nous à un point bas, peut-être avons-nous 
touché le fond dans cette crise en ce qui concerne le secteur 
des hélicoptères mais je ne spécule pas sur le fait que la 
situation va s'améliorer rapidement", a-t-il indiqué. 
    Airbus Helicopters peut cependant compter sur le secteur 
militaire, avec deux appels d'offres en Pologne, l'un avec le 
Caracal pour lequel les négociations exclusives sont en cours, 
et le second pour des hélicoptères d'attaque dans le cadre 
duquel le groupe a répondu à deux demandes d'informations. 
nL8N18T55J] 
    Guillaume Faury n'a en revanche pas souhaité faire de 
commentaire sur la décision attendue prochainement à Singapour 
sur une commande d'hélicoptères militaires évaluée à un milliard 
de dollars (902 millions d'euros environ) pour remplacer 32 
Super Puma. 
    Airbus Helicopters était donné favori face à l'italien 
Leonardo Finmeccanica  LDOF.MI , mais le crash du Super Puma en 
Norvège avait conduit Singapour à geler le processus. 
 
 (Cyril Altmeyer, édité par Jean-Michel Bélot) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant