SALON ACTIONARIA : Perspectives des marchés boursiers en 2009

le
0
Quelles perspectives pour les marchés actions en 2009? Les gérants de KBL Richelieu, Swiss Life, B* Capital et Financière de l'Echiquier étaient au Salon Actionaria pour répondre à cette question.

Atmosphère électrique. Depuis mi-2007, un véritable ouragan baissier s’est abattu sur la planète bourse emportant avec lui tous les espoirs de gains. La très forte volatilité révèle la grande inquiétude des investisseurs, réagissant de façon épidermique à chaque nouvelle annonce. Pour preuve après avoir beaucoup baissé ces dernières semaines, le CAC a rebondi vigoureusement en début de semaine, suivant ainsi le mouvement de Wall Street. La Bourse américaine a notamment cru suite aux mesures des autorités pour favoriser le crédit à la consommation et le marché immobilier, ainsi qu’au sauvetage de Citigroup.

Le pire est-il derrière nous ? Sans pour autant l’affirmer catégoriquement, c’est pourtant ce que laissaient entendre les gérants invités au Salon Actionaria, les 21 et 22 novembre. David François de Swiss Life Gestion Privée, Nathalie Martin-Pelras de KBL Richelieu Gestion Privée, Bertrand Lamielle de B* Capital et Pierre Puybasset de Financière de l’Echiquier étaient les intervenants de la conférence « Les perspectives des marchés boursiers en 2009 ». Le pire serait donc derrière nous même s’il est à prévoir encore des à-coups. Selon Bertrand Lamielle « nous avons fait une bonne partie du chemin, avec 50% de baisse, mais les révisions des prévisions des analystes sont toujours à l’oeuvre ». Il prévoit encore de mauvaises nouvelles à venir et recommande donc la prudence. Le gérant de B* Capital rappelle également que les plus bas de marché se font historiquement dans des volumes importants. Or aujourd’hui, les volumes restent modérés.

Une forte décorrélation. « Les valorisations partent en éclat et les marchés sont tétanisés », lance David François de Swiss Life. Il explique la forte décorrélation entre les valorisations et les sociétés par le fait que « les fonds de pension américains ont l’obligation de réduire leur effet de levier. Ayant des positions énormes, ils sont contraints d’abonder les marchés, que ce soit en action ou en obligation ». Ce phénomène touche toutes les classes d’actifs. Le quatrième trimestre devrait apporter son lot de nouvelles et également impacter les marchés. Pierre Puybasset note pour sa part que ce sont dans ces périodes difficiles qu’il est possible de faire de vraies affaires, tant les sociétés sont décotées. Il recommande d’aller vers des actifs solides et visibles, c’est-à-dire sans dette, avec des liquidités et dont le métier est peu dépendant de l’investissement matériel ou de la consommation.

Investir aujourd’hui ? Bertrand Lamielle de B* Capital conseille tout d’abord d’avoir une part importante de cash dans son portefeuille afin de se prémunir contre les éventuelles baisses. « On sait que ça va secouer mais ça va passer », note t-il, ajoutant « si vous investissez aujourd’hui ce ne sera pas surement pas au cours le plus bas, mais à un moment donné il faut y aller. Je suis sûr que dans quelques mois, vous vous féliciterez ». Il privilégie par exemple des valeurs comme France Télécom, Bureau Veritas, Faiveley ou encore Easydentic. Pour David François, il faut regarder les secteurs les moins sensibles aux baisses de résultats comme les télécoms, les médias ou encore la santé. Il conseille notamment une valeur comme Vallourec.



Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant