Salomon Kalou, l'arme fatale du LOSC

le
0
Salomon Kalou, l'arme fatale du LOSC
Salomon Kalou, l'arme fatale du LOSC

Moqué, raillé et critiqué la saison dernière à pareille époque, Salomon Kalou est un autre homme. Et un autre joueur surtout. Encore décisif contre Saint-Etienne, dimanche au Stade Pierre-Mauroy, l'international ivoirien est devenu l'arme fatale numéro 1 de l'attaque nordiste. L'ex-joueur de Chelsea est d'ailleurs devenu le meilleur buteur de Ligue 1 en 2013 (13 buts) après sa dernière réalisation contre les Verts. Aujourd'hui, le potentiel offensif de la formation de René Girard repose essentiellement sur lui. Les statistiques sont implacables : Salomon Kalou a inscrit sept des douze derniers buts lillois en L1. Un statut d'indéboulonnable confirmé par son nouvel entraîneur, qui ne cache pas son admiration pour le joueur de 28 ans. « Il faut faire grandir les jeunes joueurs. Pour le moment, Salomon Kalou est avec nous. Mais son départ peut être la hantise de mes nuits », avait confié l'ancien coach de Montpellier à la fin du mois de juillet.

Courtisé en Angleterre et en Turquie

Car la question de son départ a été évoquée. Son statut d'international, son passé en clubs et son palmarès en font un joueur très attractif. Courtisé par de nombreux clubs anglais (WBA, West Ham) et turcs (Trabzonspor, Bursaspor), le Lillois a pourtant tout refusé, privilégiant une nouvelle aventure au sein de son club actuel. Déjà amputé de nombreux joueurs cadres (Chedjou, Digne et Payet), et face au refus de Florian Thauvin de joueur pour le LOSC, Michel Seydoux a mis les moyens pour convaincre l'Ivoirien de rester (ndlr : une hausse de salaire conséquente prévue dans son contrat). Et comme les propositions de clubs plus huppés ne sont jamais arrivées sur la table, la décision de Salomon Kalou a été facile à prendre. Replacé dans l'axe par Rudi Garcia, parti à l'AS Rome, l'ancien des Blues, qui possède le plus gros salaire à Lille, a trouvé dans le Nord un club qui lui fait confiance et qui le place sur un piédestal. Une donnée nécessaire à son plein épanouissement. « Je prends du plaisir et ça se voit sur le terrain, explique-t-il. Être un leader, c'est aussi pour ça que je suis venu ici, pour gagner du temps de jeu et avoir une équipe qui puisse tourner autour de moi. »

Le discours de René Girard a pesé

Selon une source proche du club, René Girard, qui sait que son joueur est essentiel dans son dispositif, fait tout pour le mettre dans les meilleures conditions. Quitte à en faire un peu trop par rapport à d'autres. Il faut dire que son ancien mentor, Rudi Garcia, avait réussi à le mettre en confiance. Et lui offrir les rênes de l'équipe. Ce dernier se voyait d'ailleurs lier son avenir à celui de l'actuel entraîneur de la Roma en juin dernier. « A l'heure actuelle, je ne sais pas si je vais rester ici, avait-il confié. Je sens que les dirigeants ne veulent pas me garder et j'ai la même impression pour le coach, qui devrait partir. Il y a une mauvaise entente entre eux. Moi, j'étais venu pour Rudi Garcia. S'il part, je pars... et je ne serais pas le seul. » Une menace que l'Ivoirien n'a finalement pas mis à exécution. Faute d'offre adéquate (ndlr : privé de Coupe d'Europe, le club nordiste réfléchira toutefois à deux fois en cas de proposition alléchante, notamment d'un club du Top 6 anglais). Les premiers mots de René Girard ont suffi à le convaincre. « Son discours est clair, il passe bien, explique Kalou. J'ai tout de suite eu de bons contacts avec lui. Je sais qu'il peut me faire progresser sur certains plans. (?) Je ne vois pas pourquoi j'irais chercher un autre club alors que je suis bien. » Et cela se ressent dans ses prestations.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant