Salles de shoot : la bronca policière

le
2
Les forces de l'ordre craignent que les centres d'injection de drogue servent de terreau à la délinquance.

Haro sur les «shooting rooms». Depuis que la ministre de la Santé, Marisol Touraine, s'est déclarée prête à tester «assez rapidement» les salles d'injection de drogue sous contrôle médical, les policiers affichent au mieux une certaine circonspection. Au pire, une vraie colère. Alors que, selon nos informations, quelques villes comme Paris, Marseille, Toulouse ou Saint-Denis étudieraient la possibilité d'un tel dispositif, les critiques se multiplient tant sur son efficacité que sur les risques possibles de troubles à l'ordre public. «Ces lieux, qui sont peut-être bons d'un point de vue sanitaire et pour les drogués eux-mêmes, entraîneront inéluctablement une situation apocalyptique dans les quartiers, prophétise Patrice Ribeiro, secrétaire général du syndicat Synergie Officiers. L'afflux programmé de toxicomanes provoquera au bout de quelques semaines le cauchemar des riverains. Ils seront en proie à des comportements asociaux de toute une faune que l'on co

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6744133 le mardi 4 sept 2012 à 21:08

    sera t-elle la première cliente de ces shootrooms ? celle la je ne sais pas d'où ils l'ont sortie ... ce n'est pas une... je ne la plains pas cette femme aux yeux qui lui sortent des orbites ....

  • derastea le mardi 4 sept 2012 à 20:41

    Pour la gauche, il faut drogué le peuple, comme cela, le peuple ne dit plus rien. Et pour etre drogués, on y est, avec les mensonges du Hollandais, l'impuissance du faux héros, la taubira qui relache les prisonniers, et enfin toutes les inepties que l'on entend tout les jours. Oui, vraiement, ils nous ont drogués Alors les salles de schoot, on s'en moque