Saleh, l'autocrate qui s'accroche au pouvoir

le
0
PORTRAIT - Tantôt affable, tantôt brutal, le président yéménite Ali Abdallah Saleh, 69 ans, n'a semble-t-il aucune intention de lâcher son fauteuil, qu'il occupe depuis près de trente-trois ans

Aux Américains, aux Britanniques comme à ses voisins des pays du Golfe, il affirme qu'il est prêt à quitter le pouvoir de façon pacifique. Mais devant ses proches conseillers, il raille l'accord de transition politique proposé par les monarchies du Golfe, qu'il vient de refuser de signer. Tantôt affable, tantôt brutal, le président yéménite Ali Abdallah Saleh, 69 ans, n'a semble-t-il aucune intention de lâcher son fauteuil, qu'il occupe depuis près de trente-trois ans.

En février, après d'importantes manifestations à Sanaa, il avait déjà promis de mener des réformes et s'était engagé à ne pas briguer un nouveau mandat en 2013. Mais la contestation enfle, et plusieurs centaines de manifestants ont été tués par les forces de l'ordre. Les câbles diplomatiques publiés par WikiLeaks montrent un homme de plus en plus autoritaire au cours des dernières années. Celui qui a comparé le fait de gouverner le Yémen à «danser au-dessus des serpents» s'est mis à dos

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant