Salam : «Le Liban a besoin d'un gouvernement neutre»

le
0
INTERVIEW- Pour le premier ministre libanais, Tammam Salam, il faut «convaincre le Hezbollah de ne pas s'enfoncer davantage en Syrie».

Les députés libanais doivent se réunir ce vendredi pour décider in extremis de la prorogation de leur mandat d'au moins un an. La durée exacte de l'extension sera fixée lors du vote. Une majorité nette est acquise même si le président de la République, Michel Sleimane, a annoncé son intention de présenter un recours en invalidation devant le Conseil constitutionnel. La classe politique libanaise évite ainsi d'organiser des législatives à la date prévue du 16 juin alors que le pays du Cèdre a de plus en plus de mal à endiguer les débordements de la guerre syrienne. Ce pis-aller vise aussi à éviter un vide institutionnel au niveau du pouvoir législatif, sachant que le gouvernement est démissionnaire depuis le 25 mars et que le premier ministre désigné n'a pas encore réussi à former un nouveau cabinet. Dans un entretien au Figa...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant