Salaires : les entreprises prévoient moins d'augmentations en 2014

le
4
Salaires : les entreprises prévoient moins d'augmentations en 2014
Salaires : les entreprises prévoient moins d'augmentations en 2014

Les salariés qui envisageaient de demander une augmentation à leur employeur en 2014 risquent fort d'être recalés ! Selon une étude du cabinet de conseil Deloitte auprès de 121 sociétés, près d'une entreprise sur deux reconnait avoir revisé à la baisse ses budgets d'augmentation des salaires pour 2014. Une première depuis 2008.

«La situation économique semble, pour la première fois depuis 2008, avoir un impact sur les budgets d'augmentation», explique l'étude reprise dans Le Figaro. Globalement, ces budgets sont en augmentation de l'ordre de 2% cette année contre 2,3% en 2013. Avant la crise de 2008, la hausse moyenne était de 3,3%.

Des budgets plus conséquents pour les plus grosses entreprises

Reste que tout le monde n'est pas logé à la même enseigne. Selon Deloitte, les hausses salariales devraient être de l'ordre de 2% pour les non cadres. En revanche, pour les cadres et cadres supérieurs, la progression ne devrait être que de 0,3%. Et dans ce domaine, les cadres sont plutôt pragmatiques. Selon le récent baromètre Cadremploi/Ifop, même si la rémunération reste le premier facteur d'attractivité d'une entreprise, plus de la moitié ne devrait pas cette année demander une hausse de son salaire fixe. Près d'un sur cinq explique que son choix est dicté par le contexte économique.

La taille de l'entreprise devrait aussi jouer. Deloitte constate que les sociétés réalisant plus de 500 millions d'euros de chiffres d'affaires prévoient des budgets d'augmentations salariales entre 2 et 2,2%, tandis que les sociétés qui font moins de 100 millions d'euros de chiffre d'affaires se cantonnent à des prévisions de 1,9- 2,5% d'augmentations.

Par ailleurs, les DRH sont de plus partisans de l'individualisation des augmentations. En 2013, six entreprises sur dix ont recouru exclusivement à des augmentations individuelles. En 2014, elles seront sept sur dix. Les métiers en tension ou les éléments à fort potentiel ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9679820 le jeudi 10 avr 2014 à 22:15

    le meilleurs moyen d'avoir une augmentation sans dérangé les finances de votre entreprise c'est de quitter la sécurité sociale et de demander votre salaire complet à savoir pour un smic 1445 euros de salaire brut et vous rajoutez les cotisations patronale 494 ce qui vous fera un salaire complet de 1939 euros par mois. c'est la seule solution pour avoir un pouvoir d'achat en augmentation. Pensez à vous assurez dans le privé et à préparer votre retraite.

  • s.thual le jeudi 10 avr 2014 à 01:26

    c est le chat qui courre apres sa queue , salaire reduits immobilier hors de prix consommation en berne because salaires en baisse depuis 10 ans un immobilier qui a pris plus de 100% =equation insoublesauf a tout faire peter ,,,enfin quand les locataires ne pourront plus payer les propriétaires loueurs se résigneront a ceder sinon nada!

  • jayce003 le mercredi 9 avr 2014 à 21:32

    Assimilé fonctionnaire car travaillant à la caf nada depuis mon arrivée en 2009. Par contre le Rsa il grimpe il grimpe il grimpe. Selon moi d ici 10 ans ils gagneront plus que moi net après impôts taxes mutuelle électricité gaz frais de transport et crèche.

  • cresus57 le mercredi 9 avr 2014 à 15:18

    C'est bien, pour les fonctionnaires on est toujours à 0 % de progression du point d'indice depuis 2010. Par contre les prélèvements retraites et mutuelle augmentent.Qui a dit "privilégiés" ?