Salaires : les entreprises n'envisagent pas de fortes hausses en 2016

le
0
Salaires : les entreprises n'envisagent pas de fortes hausses en 2016
Salaires : les entreprises n'envisagent pas de fortes hausses en 2016

Même si des signes de reprise se confirment et si les entreprises vont bénéficier des baisses de charges grâce au pacte de responsabilité, les salariés ne doivent pas s'attendre à une envolée des salaires en 2016. Selon une étude annuelle du cabinet Aon Hewitt dévoilée ce jeudi par Les Echos, les entreprises vont jouer la carte de la prudence. Elles prévoient d’augmenter les salaires de 2,4 % en 2016, comme en 2015. Toufefois, dans un contexte de faible inflation, de l'ordre de 1% en 2016 selon les prévisions du gouvernement, ces revalorisations devraient signifier un léger gain de pouvoir d'achat pour de nombreux salariés.

Selon cette étude, réalisée en juillet auprès de 390 sociétés basées en France, cette modération salariale s'inscrit toutefois dans le prolongement des quatre années précédentes et reste inférieure aux niveaux des années 2000, où les hausses étaient de l'ordre de 3%.

Pour expliquer cette prudence, les entrepreneurs avancent le manque de visibilité sur l’avenir, la nécessité de restaurer ses marges et la volonté chez certains de donner la priorité à l’emploi.

Par ailleurs, tous les salariés ne seront pas logés à la même enseigne. Selon cette étude, les filiales d’entreprises étrangères devraient être plus généreuses en prévoyant 2,5 % d’augmentation, tandis que les entreprises françaises se contenteront de +1,8 %. Il semble aussi que les directions des ressources humaines vont davantage privilégier les augmentations individuelles plutôt que collectives. Les enveloppes devraient augmenter de 2,2% pour les primes et autres gratifications contre 1% pour les revalorisations annuelles de la masse salariale dans l'entreprise.

Par rapport à nos principaux voisins européens, les entreprises françaises devraient être moins généreuses. En Allemagne, les hausses prévues sont de 2,9%, de 3% au Royaume-Uni. 2,6% en Italie... Toutefois, la hausse sera plus modérée en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant