Salah Abdeslam va être tranféré en France

le
0
 (Actualisé avec déclarations, précisions) 
    BRUXELLES, 31 mars (Reuters) - La justice belge a autorisé 
jeudi la remise à la France de Salah Abdeslam, dernier rescapé 
présumé des commandos des attentats du 13 novembre, qui s'est 
dit prêt à "collaborer" avec les enquêteurs français. 
    L'un de ses avocats, Me Cédric Moisse, a déclaré à la presse 
que son transfert en France pourrait intervenir "très vite". 
    Cette décision, attendue, de la chambre du conseil de la 
Cour d'appel de Bruxelles a été rendue à la suite d'une audience 
à la prison de Bruges où le djihadiste est incarcéré depuis son 
interpellation le 18 mars à Bruxelles. 
    Le procureur fédéral s'est rendu sur place en vue de 
l'exécution du mandat d'arrêt européen émis par la France. 
    Salah Abdeslam, 26 ans, a été entendu le 19 mars, puis après 
les attentats du 22 mars à Bruxelles, et s'est peu livré lors 
des auditions. Ce Français d'origine marocaine est soupçonné 
d'avoir été une cheville ouvrière des attentats de Paris et 
Saint-Denis, qui ont fait 130 morts. 
    Il s'était d'abord opposé à son transfert en France avant de 
changer de stratégie le 24 mars, demandant à regagner la France 
pour "s'y expliquer". 
    "Je ne voudrais pas qu'il se referme .(...) S'il se 
refermait, ça nous mettrait encore devant d'autres Zaventem et 
d'autres Bataclan, et c'est peut-être ça que je veux éviter", 
avait déclaré son conseil Me Sven Mary la semaine dernière. 
    "Il souhaite collaborer avec les autorités françaises", a 
affirmé jeudi matin Me Moisse. 
 
 (Gabriela Baczynska et Robert-Jan Bartunek, Sophie Louet pour 
le service français, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant