Salah Abdeslam s'est caché pendant 3 semaines à Bruxelles-presse

le
0
    BRUXELLES, 19 février (Reuters) - Salah Abdeslam, le 
principal suspect en fuite des attentats du 13 novembre à Paris 
et Saint-Denis, s'est caché pendant trois semaines dans un 
appartement de Bruxelles, rapporte vendredi le journal belge La 
Dernière Heure, qui ne cite pas ses sources. 
    Le frère de Brahim Abdeslam, qui s'est fait exploser devant 
un café du onzième arrondissement, est soupçonné d'avoir équipé 
et aidé les auteurs des attaques qui ont fait 130 morts, mais 
pas forcément d'y avoir directement participé. 
    Il a été contrôlé par la police française alors qu'il 
regagnait la Belgique à bord d'une voiture conduite par des 
complices au lendemain des attaques, avant que son identité ne 
soit connue. Il est depuis activement recherché. 
    Dans son édition de vendredi, La Dernière Heure conteste une 
information de la chaîne publique belge RTBF selon laquelle 
Salah Abdeslam aurait échappé le 16 novembre à une opération de 
la police belge dans le quartier bruxellois de Molenbeek en se 
cachant dans un meuble. 
    "À ce moment-là, Salah Abdeslam était en réalité de l'autre 
côté de la capitale. À Schaerbeek", écrit le journal.  
    "Et selon nos informations, il n'y a pas réalisé qu'un bref 
passage, comme cela avait été supposé jusqu'ici, mais il y est 
resté caché... trois semaines!", ajoute-t-il. 
    Contacté par Reuters, un porte-parole du parquet fédéral de 
Belgique n'a pas souhaité faire de commentaire. 
    Selon La Dernière Heure, Salah Abdeslam était arrivé le 14 
novembre dans l'appartement de Schaerbeek et n'en est parti 
précipitamment que le 4 décembre en raison d'une "mobilisation 
importante de policiers des unités spéciales dans le quartier". 
    L'appartement mentionné par le journal a été perquisitionné 
le 9 décembre et la justice belge avait annoncé à l'époque qu'il 
avait été loué sous un nom d'emprunt et que les enquêteurs y 
avaient retrouvé des traces d'explosifs, des ceintures cousues à 
la main et une empreinte digitale de Salah Abdeslam.     
 
 (Robert-Jan Bartunek; Tangi Salaün pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant