Salah Abdeslam n'est pas très populaire à Fleury-Mérogis

le
1
Image de Salah Abdeslam prise en avril 2016.
Image de Salah Abdeslam prise en avril 2016.

Le terroriste présumé, soupçonné d'avoir participé aux attentats de Paris, est isolé, et pas seulement au sens propre. « On ne le calcule pas, il vit sa vie dans son coin, personne le voit », témoigne un ex-détenu sorti début mai de la prison de Fleury-Mérogis où il est enfermé. « Salah Abdeslam fait sa promenade seul, il fait de la muscu en cellule, sans appareil. Il ne voit personne, à part son avocat et l'aumônier avec qui il a discuté plusieurs fois déjà. Même sa famille ne vient pas le voir », complète un autre prisonnier en longue peine. Selon nos informations, le jeune homme arrêté en Belgique a droit à une consultation médicale deux fois par semaine, mais les permis de visite n'ont pas encore été accordés à sa famille.

Comment a-t-il été accueilli lors de son arrivée dans le centre pénitentiaire situé en région parisienne ? « Quand il y a un événement, ça hurle. Là, on était sûr de nous entendre sur BFM », assure un prisonnier. À la CGT-Pénitentiaire, on nuance quelque peu : « Personne ne peut dire si les cris à son arrivée lui étaient favorables ou hostiles. » « Ce n'est pas un détenu référent », affirme pour sa part un des neuf aumôniers musulmans de la maison d'arrêt aux 4 300 pensionnaires, dont près de 70 % de « musulmans ». « Près de 150 d'entre eux fréquentent l'aumônerie », indique-t-on au sein du personnel.

Abdeslam « n'est pas très rigoriste »

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jjd47 il y a 7 mois

    C'est fou le nombre de détenus qui suivent les bondieuseries, de toutes obédiences d'ailleurs.