Sakho ne veut pas parler de l'Allemagne

le
0
Sakho ne veut pas parler de l'Allemagne
Sakho ne veut pas parler de l'Allemagne

Mamadou Sakho, comment vous sentez-vous ?Ça va, comme je l'avais déjà dit, je suis sorti deux fois des matchs mais c'était plus par précaution. Je vais mieux, je vais bien. Hier, je me suis entraîné, tout s'est très bien passé. Je suis à la disposition du coach.Comment voyez-vous évoluer les jeunes de cette équipe ?C'est vrai qu'on est une équipe jeune avec des nouveaux. On essaie d'instaurer un nouvel état d'esprit, en dehors du terrain d'abord et ça se ressent sur le terrain. On est naturel, y'a des bons mecs. Du coup, on vit bien ensemble.Pensez-vous que l'Allemagne soit favorite ?On sait que l'Allemagne est une grosse nation du football. Maintenant, je n'ai pas trop envie de parler de l'Allemagne. Je préfère me concentrer sur notre équipe et garder notre état d'esprit. Conserver notre jeu, c'est la chose la plus importante.Laurent Koscielny vous a remplacé contre le Nigéria. Pensez-vous que la hiérarchie puisse changer ?Vous savez, la hiérarchie c'est vous qui le dites. Aujourd'hui on est tous à part entière dans cette équipe. Ce qui est bien, c'est que quand on fait appel à un joueur, il répond présent. Tout le monde fait le boulot et c'est le plus important.

« J'essaie toujours de m'adapter à l'attaquant que j'ai en face de moi »

Allez-vous vous adapter aux qualités de Thomas Müller ?Moi en tant que défenseur, j'essaie toujours de m'adapter à l'attaquant que j'ai en face de moi. Il fait une belle compétition mais la défense alignée donnera le maximum pour l'empêcher de briller.A titre de comparaison, l'ambiance de cette génération est-elle plus saine ?Je n'ai pas fait partie de l'ancienne génération. Mais cette équipe-là vit bien. Hier soir, Paul (Pogba) a mis l'ambiance, il dansait tout seul après le repas, on s'est bien amusé. Avec les anciens qu'on a comme Pat (Evra), Bacary (Sagna) ou Hugo (Lloris), on arrive à trouver une bonne cohésion. Il n'y a vraiment pas de couleurs de peau ou de génération. Tout le monde se mélange bien et discute bien ensemble. A la fin du repas, on est resté à huit pour parler de football et de la vie en général. On se sent vraiment très bien.Quel souvenir gardez-vous du match amical contre l'Allemagne en 2013 ?Quand on a joué contre eux, il y a un moment, on était encore en phase de recherche. L'équipe ne se trouvait pas encore très bien. Je pense qu'on a progressé et puis ça restait un match amical. Là on attaque le gros de la compétition, ce sera forcément autre chose, un autre match.Depuis le barrage retour contre l'Ukraine, quels ont été les moments marquants de l'équipe de France ?Après ce match-là, on a ressenti quelque chose de particulier. Depuis ce match, on a un état d'esprit conquérant. On a aussi un coach qui nous inculque une mentalité de gagneur. Le match contre la Suisse était très attendu, et on a répondu présent. On a ressenti une force collective extraordinaire. On était vraiment fier de nous après le match.

« Ribéry ? On ne l'aura pas au téléphone spécialement pour ça »

Franck Ribéry, qui joue au Bayern Munich, va-t-il vous donner des conseils ?Il n'est pas là avec nous aujourd'hui. On ne l'aura pas au téléphone spécialement pour ça. Il y a un staff technique qui est là pour ça. Ils vont préparer le match pour qu'on le prépare de la meilleure des façons.Quelle importance a Cabaye dans le jeu de l'équipe ?C'est un joueur très précieux, assez discret c'est vrai, mais dans l'entrejeu, il est très important dans les sorties de balle. Techniquement, il est très à l'aise et oriente bien le jeu. Il a les caractéristiques parfaites pour jouer à ce poste là. Et il le fait très bien.Oliver Kahn a dit que la France n'était pas une « grande équipe », qu'en pensez-vous ?On verra le jour J c'est tout ! (sourire)Certains observateurs évoquent le jeu dur des Bleus. Etes-vous d'accord avec ces critiques ?Je ne suis pas spécialement d'accord. Contre le Honduras, on a pris des taquets. Mais ça n'a pas été spécialement sifflé à chaque fois. Quand on regarde les fautes de l'équipe de France, ce sont des maladresses plus qu'autre chose. Il y a des duels, donc des contacts. On est agressif mais pas méchant.

« Matuidi ? J'ai rarement vu quelqu'un avec autant de qualités à son poste »

Un mot sur Blaise Matuidi?Blaise, pour moi, c'est quelqu'un de particulier avec qui j'ai évolué en club. Je m'entends très bien avec lui. Il a eu une évolution exceptionnelle depuis son arrivée à Paris. C'est un joueur qui a des qualités exceptionnelles. J'ai rarement vu quelqu'un avec autant de qualités à son poste. C'est bien pour les Bleus.Avez-vous toujours cette rage évoquée après l'Ukraine ?Oui, elle est toujours là. Il faut avoir conscience de ses qualités. Je sais que ça fait partie de mes qualités. Mais le plus important est l'objectif commun de cette équipe. On est tous motivés et on a tous cette petite rage en nous. Le Brésil avait été champion du monde en 2002 en partie grâce à une ambiance exceptionnelle dans le groupe. Est-ce un ingrédient nécessaire ?C'est quelque chose de très important. Quand on vit en groupe pendant plus d'un mois, et qu'il y a des caractères forts, ça peut exploser. On a des caractères forts dans l'équipe mais là on le gère bien. J'ai l'impression de revivre mes années de formation tellement c'est beau?Que pensez-vous de la Coupe du Monde de Paul Pogba ?C'est un joueur très intéressant avec beaucoup de qualité. Il apporte sa fougue et sa finesse technique à l'équipe. Il est devenu un joueur indispensable.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant