Sakho, l'éclaircie après la pluie

le
0
Sakho, l'éclaircie après la pluie
Sakho, l'éclaircie après la pluie

C'est la bonne nouvelle de la soirée. Mamadou Sakho ne serait finalement pas si touché que ça aux ischios. Alors que le pessimisme avait grandi du côté de Rio lors du jour de repos et que l'échographie passée, nécessitant des examens plus approfondis, obscurcissait un peu plus l'avenir immédiat du défenseur de Liverpool. Lui, qui semblait ne pas être plus gêné que ça par sa cuisse à son retour à Ribeirao Preto, n'était pas présent à l'entraînement du jour pour pouvoir se soumettre à de nouveaux contrôles. Mais alors qu'on s'attendait dur comme fer à la confirmation de son forfait, c'est le contraire qui est arrivé avec une évolution positive de la blessure. Et alors qu'on craignait le pire dans l'entourage des Bleus, à savoir une absence de deux matchs, Sakho se serait encore relevé.

Un test sera fait samedi

Victime de pépins à répétition depuis le début du Mondial aux deux cuisses, le vice capitaine des Bleus souffre bien des ischios, mais son forfait, craint la veille, est désormais loin d'être entériné. Une nouvelle surprise positive à l'heure d'affronter le Nigeria, mais qui désarçonne un peu, tant on pensait le forfait du joueur proche. Reste désormais à Didier Deschamps de voir quelle décision il prendra avec Sakho. Selon nos confrères de L'Equipe.fr, signe que tout n'est pas au beau fixe, Sakho aurait le droit à une nouvelle séance individuelle pour se jauger lors de l'entraînement de samedi à Ribeirao Preto. A l'issue de celle-ci, à huis clos, Sakho et Deschamps devraient être fixés pour préparer au mieux l'équipe qui débutera à Brasilia.

Les précédents Zidane, Vieira et Ribéry

Toujours est-il qu'en cas de forfait, Laurent Koscielny sera appelé à remplacer Sakho, dans l'axe gauche, poste pour poste, Raphaël Varane conservant l'axe droit. Ménagé face à l'Equateur, il a bien récupéré de sa gastro-entérite et son sens de la relance sera apprécié. Koscielny, qui a assisté à l'entraînement sans y participer, est toujours traité avec précaution. Lui aussi victime de petits pépins, il n'effectue pas toutes les séances, comme l'avait indiqué le docteur Le Gall il y a deux semaines. Reste donc à savoir définitivement si les ischios de Sakho tiendront dans les prochaines heures. On évitera ainsi un feuilleton que l'on connaît trop bien. La pubalgie de Platini en 1986, la cuisse de Zidane en 2002, celle de Vieira en 2008 avaient défrayé la chronique et suscité de nombreuses informations contradictoires. Sans rappeler le dos de Ribéry, plus récemment. Alors qu'en 2006, la blessure de Zidane face à l'Espagne était restée sous silence jusqu'au quart face au Brésil. Pour éviter bien des débats...De notre envoyé spécial à Ribeirao Preto

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant