Sakai, lost in translation

le
0
Sakai, lost in translation
Sakai, lost in translation

Au niveau sur le plan offensif, encore en apprentissage dans son apport défensif, Hiroki Sakai, l'inconnu du mercato estival marseillais, a réussi à se faire une place sur le terrain et a déjà fermé quelques gueules. Problème : Rudi Garcia ne veut plus le gérer en solo.

Droit derrière son pupitre, serré dans un costume parfait qui relève une mèche saccagée par une raie au milieu, Rudi Garcia, dans son rôle de professeur principal, a une cartouche à vider : "En français, nul. Nul, je suis méchant, mais je le dis, car c'est important. Hiroki, tu ne parles pas bien français ! Et faut que tu te bouges. C'est important pour la communication. Là, on est obligés de lui faire des vidéos individuelles, de lui réexpliquer tout en anglais, et mon staff n'est pas fait pour ça, Hiroki." Le sergent a cogné, car il sait que franchir un cap se fait avec un tout et non avec des cas gérés individuellement. Un groupe professionnel ne peut être un 34+1, surtout quand le +1 est un titulaire quasiment devenu intouchable depuis plusieurs mois. Le voyage d'Hiroki Sakai, arrivé libre d'Hanovre en juillet dernier, est donc ainsi fait. Lui se sait comme "un OVNI pour le public français". Il sait aussi qu'un footballeur japonais est forcément regardé avec un œil plus attentif, plus suspicieux, surtout à Marseille où on avait jusqu'ici pris davantage l'habitude de rire de leurs performances sur terrain enneigé. Alors, l'international japonais (trente-deux sélections) est arrivé sans faire de bruit, a bossé, a été testé et s'est finalement imposé jusque dans les têtes des supporters de l'OM. Avec une question : est-ce qu'il lui arrive d'être fatigué ? Non, Hiroki Sakai ne s'arrêtera jamais de courir, quitte à lâcher un peu de lucidité, car il est ici en mission : se faire aussi un nom, chez lui, au Japon.

Hiroki, trop mimi


Un instant raconte parfaitement qui est le personnage Sakai, réputé lisse, presque gendre idéal, au point d'être honnête jusqu'au bout des ongles. 16 mai 2015, Hanovre est à Augsbourg pour l'avant-dernière journée de Bundesliga. La bande à Michael Frontzeck tient sa victoire (2-1), mais à un quart d'heure de la fin de la rencontre, Hiroki Sakai est expulsé. Va-t-il se plaindre ? Non, le latéral japonais se cache dans le couloir et attend, fébrile,

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant