Saivet, touche pas à mon poste

le
0
Saivet, touche pas à mon poste
Saivet, touche pas à mon poste

Henri Saivet a donc mis le cap sur Newcastle, après une moitié de vie passée à Bordeaux. Treize années lors desquelles il ne sera pas parvenu à marquer l'histoire du club girondin comme il était prévu qu'il le fasse. La faute à des blessures, mais aussi à une difficulté à trouver son poste.

Henri Saivet est aux anges. Après un peu plus de treize années passées aux Girondins de Bordeaux, dont neuf en tant que professionnel, entrecoupées d'un prêt de six mois à Angers, il a rejoint Newcastle. Dans le Nord de l'Angleterre, il vivra, si tout se passe bien, le rêve de tout pensionnaire de Ligue 1 : évoluer dans le Disneyland du football. Un monde merveilleux, dans lequel défendre n'est qu'un vague concept, où des stades toujours pleins vous applaudissent même si vous êtes nul, du moment où vous avez mouillé le jersey. Le tout pour un salaire qui vous permettra de "mettre votre famille à l'abri", bien loin de la Ligue 1 et de ses schémas de jeu fermés, mis en place dans des stades à moitié vides. Une forme d'accomplissement, que l'international sénégalais a atteint grâce à des performances de haut niveau ces derniers mois où, replacé au poste de relayeur par Willy Sagnol, il semble enfin avoir trouvé son poste. À 25 ans.

Quel pillage de la Ligue 1 par les Anglais ?

Football manager et pieds cassés


De ces neuf saisons en tant que professionnel passées en Gironde, les supporters bordelais sont un peu embarrassés, lorsqu'il s'agit d'évoquer les souvenirs qu'ils gardent d'Henri Saivet avec le maillot au scapulaire. La plupart évoquent son potentiel dingue à Football Manager, ou son fameux "c'est intéressant d'avoir plusieurs arcs à son flèche" lâché au micro de beIN Sports. Côté terrain, les souvenirs se font plus rares. Les plus précis se souviennent de ce but en finale de Coupe de France, face à l'ETG en 2013. D'autres de ce coup franc dans la surface inscrit à Anfield, en novembre dernier. Mais tous sont d'accord sur un point : Henri Saivet aura traversé la première partie de sa carrière sans jamais confirmer les espoirs placés en lui.

Vidéo : Le joli coup franc de Saivet
Annoncé comme l'avenir du football français, celui qui signe son premier contrat professionnel à seize ans, tant il est déjà scruté par toutes les grosses écuries européennes, n'aura finalement été jusqu'ici qu'un bon petit joueur de…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant