Saisie d'explosifs à Hong Kong à l'orée d'une semaine politique tendue

le , mis à jour à 11:55
0

(Actualisé avec confirmation de la police, contexte) par Viola Zhou et Shan Kao HONG KONG, 15 juin (Reuters) - La police de Hong Kong a confirmé lundi avoir saisi des explosifs et arrêté neuf personnes lors d'un coup de filet mené dans les milieux radicaux à l'orée d'une semaine politique sous tension. La police précise que les neuf interpellés sont soupçonnés de collusion en vue de fabriquer des explosifs. Plusieurs d'entre eux sont membres d'un groupe radical, précise la police de Hong Kong. D'après le South China Morning Post, la police a saisi du triperoxyde de tricycloacétone (TATP), une substance explosive qui a servi à des attentats en Israël et à Londres. Les policiers ont également mis la main sur d'autres produits chimiques et sur des armes à air comprimé, ajoutent les chaînes de télévision RTHK et Cable TV. Ce coup de filet survient à l'avant-veille du début de l'examen au Conseil législatif de Hong Kong du projet de réforme des règles électorales fixées par Pékin, au coeur de la "révolte des parapluies" qui a moblisé des dizaines de milliers de militants démocrates l'an dernier. Le pouvoir central propose une élection au suffrage universel direct mais sur la base de candidats préalablement désignés par les autorités. Il est rejeté par le mouvement démocrate de Hong Kong qui réclame une liberté totale de choix. Les parlementaires hongkongais débattront à partir de mercredi de ces règles électorales controversées qui doivent s'appliquer à partir de 2017 pour l'élection du futur dirigeant l'exécutif local, avec un vote programmé pour la fin de la semaine. VETO La réforme, pour être validée, doit recueillir une majorité qualifiée, soit 47 des 70 parlementaires. Mais les 27 législateurs pro-démocrates de Hong Kong ont annoncé qu'ils s'y opposeraient, ce qui pourrait bloquer l'adoption de la réforme, même si de hauts responsables chinois se disent confiants dans l'issue du vote. Dans un éditorial publié au début du mois, le Quotidien du peuple, organe officiel du Parti communiste chinois, a souligné de son côté que les membres du Conseil législatif de Hong Kong avaient "un rôle crucial à jouer et une responsabilité importante pour mettre en application le suffrage universel pour le chef de l'exécutif". "Le gouvernement central espère sincèrement et appelle tous les membres de la législature à privilégier les intérêts fondamentaux et à long terme de Hong Kong et les intérêts de la nation tout entière, de respecter les voeux de la majorité et d'exercer correctement le pouvoir qu'ils détiennent", a ajouté le journal. Au plus fort de la mobilisation, l'an dernier, le mouvement de contestation pro-démocrate a rassemblé jusqu'à 100.000 manifestants. Dimanche, quelques milliers de militants démocrates sont redescendus dans les rues de Hong Kong pour manifester une nouvelle fois leur rejet de la réforme. Les organisateurs attendaient davantage de manifestants, mais des sondages d'opinion réalisés ces derniers jours dans l'ex-colonie britannique attestent d'un regain d'hostilité contre le projet des autorités. Les chefs de file du mouvement démocrate prévoient ces prochains jours des veillées devant le siège du gouvernement, où 70 tentes ont d'ores et déjà été installées par les manifestants. Selon une source policière, les débats parlementaires se dérouleront sous haute protection policière, avec le déploiement d'au moins 5.000 agents le jour du vote. (avec Bobby Yip, Tyrone Siu, Yimou Lee, Donny Kwok et Clare Baldwin; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant