Saint-Nazaire : nouvelle commande de trois paquebots pour les chantiers STX

le , mis à jour le
0

Le carnet de commande est plein à ras bord . Le chantier naval STX France de Saint-Nazaire, en Loire-Atlantique, a signé mercredi une lettre d'intention de commande de trois nouveaux paquebots avec l'armateur américain Royal Caribbean Cruises Ltd (RCCL), treize jours après lui avoir livré le plus gros navire de croisière jamais construit, Harmony of the seas, a annoncé le constructeur naval.

«On vient de signer une lettre d'intention avec Royal Caribbean pour trois paquebots, un paquebot de la classe Oasis et deux paquebots de la classe Edge. (...) C'est une nouvelle formidable», a déclaré Laurent Castaing, directeur général de STX France. Ces trois navires, livrables en 2021 et 2022, viennent compléter un carnet de commandes déjà plein pour le chantier naval nazairien, avec onze autres paquebots à livrer d'ici dix ans.

2,5 milliards d'euros, 23 millions d'heures de travail

Les trois paquebots représenteront au total, quand les financements seront bouclés, une commande d'environ «2,5 milliards d'euros» et «22 à 23 millions d'heures de travail», a indiqué Laurent Castaing.  L'intention de commande comprend un cinquième opus de la classe Oasis, la plus grande classe de navires au monde, avec 362 mètres de long et 66 m de large. 

Les deux navires, livrables à l'automne 2021 et à l'automne 2022, sont deux paquebots de grand standing, longs de 300 mètres et pouvant accueillir 2900 passagers. Ils s'ajouteront aux deux premiers navires de la classe « Edge », actuellement en conception à Saint-Nazaire et qui doivent être livrés en 2018 et 2020.

Carnet plein jusqu'à 2026

« C'est pour nous la concrétisation de la confiance d'un client alors même que nous venons de lui livrer un paquebot qui n'était pas facile à réaliser. (...) On a donc un carnet de commandes qui est très plein jusqu'à 2023 et plein jusqu'à 2026 », avec onze autres paquebots à livrer d'ici dix ans, s'est félicité Laurent Castaing.

« ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant