Saint-Nazaire : les marins russes sont repartis sans Mistral

le
0
Saint-Nazaire : les marins russes sont repartis sans Mistral
Saint-Nazaire : les marins russes sont repartis sans Mistral

Ils sont repartis à bord du navire qui les avait amenés et le «Vladivostok» reste à quai: les quelque 400 marins russes venus se former et récupérer le premier navire militaire de type «Mistral» vendu par la France ont quitté jeudi le port de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) sans le bâtiment, bloqué pour cause de crise en Ukraine.

Avec une longue sonnerie de sa corne de brume, le bateau-école «Smolny», qui avait amené fin juin les marins russes dans le port français, est sorti du bassin où il mouillait depuis près de six mois, avant de gagner le large. Plusieurs jeunes marins tendaient le bras par les hublots pour prendre une dernière photo de la ville avec leur téléphone portable.

Le départ des marins russes qui se sont formés au maniement des «Mistral» semble indiquer que la livraison du premier bâtiment fabriqué en France pour le compte de Moscou n'interviendra pas dans un proche avenir. Le président François Hollande, qui a suspendu la livraison du fait de l'implication de Moscou dans la crise en Ukraine, n'a toujours pas dit à quelle date il autoriserait le «Vladivostok» à gagner la Russie.

Ce bâtiment de projection et de commandement (BPC) devait initialement être remis à Moscou à la mi-novembre, dans le cadre d'un contrat de 1,2 milliard d'euros pour deux navires signé en juin 2011 entre la Russie et le constructeur naval DCNS. La livraison du «Sebastopol», deuxième navire commandé, dont la construction est toujours en cours, est programmée à l'automne 2015.

Aucune date de livraison fixée

«Aucune date de livraison du Vladivostok ne peut être confirmée à ce stade», a expliqué le porte-parole de DCNS. Rien n'a été dit non plus sur un éventuel retour des marins russes pour prendre possession du navire.

Le 4 septembre, sous forte pression américaine et de pays membres de l'Otan, le président François Hollande avait lié l'exportation de ce navire à un règlement politique en Ukraine. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant