Saint-Malo : les salariés du Laboratoire de la mer suspendent leur grève

le
4
Saint-Malo : les salariés du Laboratoire de la mer suspendent leur grève
Saint-Malo : les salariés du Laboratoire de la mer suspendent leur grève

Les salariés du Laboratoire de la mer, numéro un mondial de la solution nasale à base d'eau de mer, qui étaient en grève depuis mardi à Saint-Malo après le licenciement express de leur patron, ont suspendu leur mouvement ce vendredi. «La grève est suspendue», a annoncé Julien Dannenhoffer. «On a rouvert le dialogue» avec les représentants de Perrigo, le groupe américain devenu indirectement propriétaire du laboratoire fin 2014, présents à Saint-Malo. «On repart sur de nouvelles bases», avec notamment la convocation d'un comité d'entreprise, a-t-il ajouté.

Mardi, les quelque 130 salariés du Laboratoire de la mer, qui produit le pulvérisateur nasal Physiomer, s'étaient mis en grève après la suppression du poste de leur président et son départ précipité de l'entreprise. Olivier Bertaud, qui dirigeait cette entreprise familiale depuis une dizaine d'années, avait confié son «choc» après que deux représentants de Perrigo lui eurent annoncé, mardi matin, une restructuration du Laboratoire de la mer pour une intégration totale dans le groupe Perrigo, et la suppression de son poste. Il avait été sommé de quitter l'entreprise dans de brefs délais. Les salariés en grève avaient manifesté jeudi dans la vieille ville de Saint-Malo, avant d'être reçus à la mairie.

Un investissement de 2,6 millions d'euros

Dans un communiqué publié vendredi soir, Perrigo, fabricant de médicaments génériques immatriculé en Irlande, affirme n'avoir «aucune intention de délocaliser les activités de Laboratoire de la Mer, ni en Irlande, ni ailleurs» comme le craignent les salariés. La société se dit au contraire déterminée «à garantir le développement à long terme de Laboratoire de la Mer en France et à maintenir les emplois et le site de Saint-Malo».

La société confirme aussi un investissement de 2,6 millions d'euros dans les fonctions recherche et développement notamment, et souligne étudier la possibilité ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • paspil il y a 8 mois

    avec le CIR et autres , la France reste un paradis fiscal pour la recherche et développement , pour la production pas vraiment ....

  • indyta il y a 8 mois

    mais on fait des reformes et on modernise la france, qu on se le dise...

  • indyta il y a 8 mois

    affaire Thome genot a Nouzonville en ardennes;boite rachetée par des amerlocks,vampirisée, et laissée comme un cadavre encore chaud sur le carreau, des centaines d emplois jetés dans le caniveau de la finance liberale..bah oui c est la regle normale.

  • s.thual il y a 8 mois

    Attendons la suite ...qu advient il du licencié ? Au fond les consommateurs jugeront et puis si les patrons mentent que les salariés fassent tourner l usine et conservent les outils et les revenus...