Saint-Gobain embourbé dans le dossier Sika

le , mis à jour le
0
Le dossier Sika se joue désormais sur le terrain juridique. Son issue est incertaine et les délais s'annoncent longs. (© Sika)
Le dossier Sika se joue désormais sur le terrain juridique. Son issue est incertaine et les délais s'annoncent longs. (© Sika)

Une proie qui résiste. Lors de l’assemblée générale qui s’est tenue hier mardi, les actionnaires du groupe suisse de chimie de construction ont limité les droits de vote par actionnaire à 5%, mais pour certaines résolutions uniquement. Un moyen de mettre en échec la famille Burkard, héritière du fondateur de Sika, qui s’est entendue avec Saint-Gobain en fin d’année dernière pour lui céder le holding de contrôle SWH, détenant 16,1% du capital et 52,4% des droits de vote.

Saint-Gobain ne lancera pas d'OPA. La famille Burkard n’a donc pu s’opposer ni à la reconduction du conseil d’administration ni à celle du  président de Sika, Paul Hälg, hostiles au rapprochement avec Saint-Gobain. En revanche, elle a pu disposer de la totalité de ses droits de vote pour la résolution visant à supprimer la clause d’«opting out», qui exempte Saint-Gobain d’avoir à lancer une offre publique sur les actionnaires minoritaires, une fois le contrôle acquis. La résolution a été rejetée. Une victoire pour Saint-Gobain qui exclut de lancer une OPA sur Sika, forcément très onéreuse.

Bloc "A lire aussi"

Invalidation de l'assemblée générale ? Le représentant de la famille Burkard au conseil d’administration a prévenu que SWH aura recours à la justice pour défendre ses droits. «Le conseil d’administration a volé les droits de vote et est entré en

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant