Saint-Gobain compte sur les Etats-Unis et les émergents en 2014

le
0

par Noëlle Mennella

PARIS (Reuters) - Saint-Gobain prévoit de tirer parti de la poursuite de la reprise aux Etats-Unis et de sa croissance dans les pays émergents en 2014, un exercice au cours duquel il compte accroître ses prix et réduire davantage ses coûts.

Dans ce contexte, le numéro un mondial de la production, transformation et distribution de matériaux de construction prévoit que son résultat d'exploitation 2014 devrait nettement s'améliorer à structure et taux de change comparables.

Le résultat d'exploitation a baissé de 3,5% l'an dernier à 2.764 millions d'euros sous le poids d'un taux de change défavorable. Celui-ci explique aussi le repli de 2,7% du chiffre d'affaires, qui ressort sur l'année à 42.025 millions d'euros avec une croissance interne tirée par l'Asie et les pays émergents.

La hausse des prix et les réductions de coûts de 2013, qui devraient se poursuivre en 2014, ont permis au groupe à maintenir à 6,6% sa marge d'exploitation sur l'exercice passé.

En 2013, le résultat net, part du groupe, a baissé de 14,1% à 595 millions d'euros, mais Saint-Gobain a décidé de maintenir un dividende de 1,24 euro au titre de 2013.

Le groupe, qui a réduit ses coûts de 600 millions d'euros en 2013, envisage de dégager des économies supplémentaires de 450 millions d'euros en 2014.

Dans le même temps, il va renforcer son programme d'investissement autour de 1.500 millions d'euros en donnant la priorité à sa croissance en dehors de l'Europe occidentale.

"Le point bas du groupe, touché au premier semestre 2013, est dépassé", a déclaré le PDG Pierre-André de Chalendar au cours d'une téléconférence avec des journalistes.

Malgré un contexte macroéconomique encore incertain, 2014 devrait être marquée par une évolution favorable des différents marchés du groupe, a-t-il poursuivi.

Saint-Gobain prévoit de finaliser la cession des activités américaines de Verallia, sa filiale de conditionnement en verre, à l'irlandais Ardagh au cours du premier semestre.

La Commission fédérale du commerce des Etats-Unis s'est élevée en juillet contre cette opération d'un montant de 1,7 milliard de dollars, estimant qu'elle entraverait la libre concurrence.

Des sources proches du dossier ont dit au début janvier à Reuters qu'Ardagh et les autorités américaines étaient proches d'un accord.

Avant cette publication, l'action Saint-Gobain a clôturé à 41,225 euros (+1%), donnant une capitalisation boursière de près de 22,9 milliards d'euros. Le titre, qui a gagné 24% en 2013, s'adjuge 3,1% depuis le début 2014.

Edité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant