Saint-Geours et Bernasconi candidats à la présidence du Medef

le
0
FRÉDÉRIC SAINT-GEOURS SE PORTE À SON TOUR CANDIDAT À LA PRÉSIDENCE DU MEDEF
FRÉDÉRIC SAINT-GEOURS SE PORTE À SON TOUR CANDIDAT À LA PRÉSIDENCE DU MEDEF

PARIS (Reuters) - Le président de l'Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM), Frédéric Saint-Geours, a annoncé jeudi sa candidature à la succession de Laurence Parisot à la présidence du Medef, a-t-on appris auprès d'un cadre de l'organisation.

Il est le septième candidat à la présidence de la principale organisation patronale française.

Cet ancien directeur de cabinet du secrétaire d'Etat socialiste au Budget Henri Emmanuelli (1984-86) et ex-dirigeant du groupe automobile PSA aura 63 ans le 20 avril.

Il rejoint notamment Patrick Bernasconi, président de la Fédération des travaux publics, ex-lieutenant de Laurence Parisot et négociateur du Medef, qui a déclaré sa candidature dans une interview publiée jeudi par Le Figaro.

Patrick Bernasconi, qui a notamment négocié l'accord interprofessionnel du 11 janvier dernier sur la sécurisation de l'emploi, dit croire en "un dialogue social renforcé, d'abord au niveau de l'entreprise, pour améliorer la compétitivité".

"Mon projet, c'est la défense de l'entreprise (...) je veux améliorer l'image de l'entreprise, notamment en faisant la promotion des emplois vacants à pourvoir et en développant massivement l'apprentissage", ajoute-t-il.

Il plaide notamment pour un dialogue social sur le modèle allemand et propose d'inscrire dans la Constitution française le respect des accords majoritaires patronat-syndicats.

Laurence Parisot n'a pas réussi à obtenir un changement de statuts du Medef qui lui aurait permis de briguer un troisième mandat et devra céder la place en juillet prochain.

Les cinq autres candidats sont: le président de Créateurs de richesses et emplois en France (Cerf), Hervé Lambel, dont la candidature est marginale ; l'ex-médiateur des entreprises Jean-Claude Volot, sans doute le plus connu des petits patrons ; le PDG d'Aqoba Thibault Lanxade, le benjamin ; le président du Groupement des fédérations industrielles (GFI), Pierre Gattaz et le PDG de Virgin Mobile, Geoffroy Roux de Bézieux.

Ces deux derniers faisaient figure de favoris avant l'entrée en lice de Frédéric Saint-Geours et Patrick Bernasconi.

L'UIMM, l'une des plus puissantes fédérations du Medef, fait de nouveau figure de "faiseuse de roi" au sein de l'organisation patronale. Elle a prévu d'auditionner les candidats le 18 avril.

Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant