Saint-Etienne : une navette électrique Ikea accusée de «retape déloyale»

le , mis à jour à 10:10
9
Saint-Etienne : une navette électrique Ikea accusée de «retape déloyale»
Saint-Etienne : une navette électrique Ikea accusée de «retape déloyale»

Le sujet irrite certains commerçants du centre-ville. Ikea vient de mettre en place une navette électrique entre son magasin, situé en périphérie, et la place de l'Hôtel-de-Ville à Saint-Etienne (Loire) à raison d'un véhicule toutes les quarante minutes et ce de 10 h 30 à 19 h 30. « Je parcours les quatre kilomètres du trajet sans arrêt en une douzaine de minutes », annonce Sébastien, un des trois jeunes conducteurs qui se relaient au volant du monospace Nissan de sept places. La mise en place de ce service gratuit est réservée aux détenteurs de la carte Ikea Family.

 

Directeur d'Ikea à Saint-Etienne, David Charbonnier veut ainsi faciliter l'accès de son magasin de 18 000 m2 de surface de vente « aux 32 % de ménages stéphanois qui n'ont pas de voiture. Car ceux qui empruntent les transports en commun doivent parcourir les 800 derniers mètres à pied ». Signe que le jeu en vaut la chandelle, Ikea n'a pas hésité à investir de 80 000 à 100 000 € par an pour faire fonctionner sa navette.Un geste salué par les clients. « C'est un confort appréciable », selon Annie et Paulette, deux jeunes retraitées qui l'utilisent « pour la deuxième fois cette semaine ». Comme elles, ils pourraient être 10 000 dès la première année à monter à bord de la navette Ikea.

 

La crainte de voir le centre-ville déserté

De quoi faire râler des commerçants stéphanois qui accusent le géant suédois de faire de la « retape déloyale » et « d'encourager à aller acheter en périphérie alors que la fréquentation du centre-ville est en baisse », ce qui met certains d'entre eux en difficulté. Philippe, qui y exploite une cafétéria, redoute qu'une partie de ses clients « ne déjeunent désormais dans celle d'Ikea en allant y faire des courses ».

 

« Nous ne sommes pas en concurrence directe avec des marchands de meubles de centre-ville, car ils sont tous installés en périphérie », réplique David Charbonnier. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 il y a 12 mois

    Tout est gratuit pour les nouveaux arrivants ...Pas pour vous taxotères ...

  • nayara10 il y a 12 mois

    Une entreprise extérieure qui file le cancer avec ses bouts de bois phénolés...Et autres produits dangereux respirés...

  • boudet il y a 12 mois

    La seule anomalie, ce sont les 800m à faire à pied pour aller chez Ikéa. Pour le reste, il s'agit dune démarche commerciale légitime. 7 clients maximum par navettes, cela ne va pas vider le centre ville et de plus il ne reste plus beaucoup de magasins de meubles en centre ville.

  • dan197 il y a 12 mois

    Les Élus récoltent ce qu'ils sèment, désertification !!!!

  • g.cado il y a 12 mois

    Commerces de centre ville aux prix prohibitifs et parkings rares et chers. Le tout fait fuir le client des centres villes partout dans les grandes villes.

  • M2061328 il y a 12 mois

    moi j'habite dans une très grande agglo avec des prix de parking exorbitants, qui ce sont pris une claque/hausse supplémentaire avec la tarification au 1/4 h - on a aussi des centres commerciaux excentrés où l'on trouve toutes les grandes enseignes, on se gare gratis, il y a aussi qqvigiles sur les parkings (moins de risques d'agression) - le compte est vite fait -

  • M2061328 il y a 12 mois

    Au fait pourquoi le bus ne va pas lus loin, on ne connait pas toute l'histoire depuis le début pour en arriver là - Ikea a peut-être aussi fait des demandes à la municipalité sans pour autant avoir été écouté - chacun fait son business - il y a bien à certains endroits des bus d'hôtel (ça gene certainement les taxis et maintenant les VTC), des bus qui vont chercher les touristes pour les emmener dans leur ville

  • riffraff il y a 12 mois

    Les centres villes sont désertés du fait de la politique anti voiture de certaines municipalités. Résultat: les commerces s'effondrent, les restos et le tourisme se font plus rare, les recettes baissent dans tous les secteurs et les taxes qui vont avec.Hausse des impôts en vue pour compenser le manque à gagner généré par ces idéologues.Ikéa l'a bien compris et les centres commerciaux vont réagir de la même façon en attirant avec ce type de services pendant que les centres villes vont mourir.

  • M2061328 il y a 12 mois

    on dira que tout le monde n'a pas les moyens d'avoir et d'entretenir une voiture, on ira aussi que l'on incite les gens à ne plus en avoir - moins d'argent, moins de pollution et mise à dispo de transport en commun - Après si on les prend effectivement les 800 m aller plus 800 m retour à faire à pieds sous la pluie, le froid éventuellement et les cabas à la main, voir le petit meuble en kit acheté sous le bras (l'aggloméré collé est lourd), pas facile tout cela -