Saint-Étienne se hisse sur le podium

le
0

Au terme d'une rencontre plaisante, les Stéphanois se sont imposés sur la plus petite des marges (1-0) et s'installent provisoirement sur la troisième marche du podium. S'ils peuvent remercier le très bon Max-Alain Gradel, les Verts doivent beaucoup à la maladresse de Lucas Barrios, à la pointe d'une équipe montpelliéraine globalement dominatrice.


ASSE - Montpellier
(1-0)

M. Gradel (20') pour Saint-Etienne


Cuisiner une place sur le podium, ce n'est finalement pas si compliqué. Dans un chaudron chauffé à vif, armez vous d'abord de patience. Prenez un court bouillon, estampillé Anthony Mounier, Lucas Barrios et Paul Lasne, en veillant bien à ce qu'il ne déborde pas. Laissez ensuite la magie de la cuisine ivoirienne rehausser le goût de votre mixture en offrant à Max-Alain Gradel son douzième but en Ligue 1. Assaisonnez un peu le jeu de votre équipe de quelques passes bien senties de Corgnet et un geste sensationnel de Romain Hamouma puis attendez tranquillement la fin de la préparation. Voilà, après 90 minutes, c'est prêt. Ce n'est pas de la grande cuisine, ni du grand football, mais ça fait amplement l'affaire et ça nourrit un homme. Enfin, onze. En revanche, n'essayez pas de cuisiner turc. Vous risqueriez de vous retrouver avec Mevlüt Erding en attaquant de pointe.
Mad Max !
C'est indéniable, ce match sent l'Europe : quand les uns visent une place sur le podium, les autres peuvent aller chercher une place en Ligue Europa. Sur le papier d'ailleurs, les deux 4-2-3-1 alignés laissent présager d'un beau spectacle. Et le spectacle a bien lieu. Si ce sont les Stéphanois qui mènent la danse dans les premières minutes, c'est bien Anthony Mounier qui allume la première mèche (5'). De quoi donner de la confiance aux Héraultais qui prennent le contrôle du cuir et manquent d'ouvrir le score au terme d'une superbe action collective (9'). Mounier, Barrios et Lasne semblent très bien s'entendre. Puisque patience est mère des Verts qui tuent, les hommes de Galtier laissent passer l'orage et s'en remettent à leurs hommes en forme, Romain Hamouma et Max-Alain Gradel. Après un centre du premier, repoussé par Jourdren, le second ouvre le score d'une demie volée puissante (20'). Si ce but réveille le Chaudron, il n'endort absolument pas les joueurs de la Paillade, qui continuent leurs assauts incessants sur les buts de Ruffier. A deux reprises, Lucas Barrios (26', 27') doit…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant