Saint-Étienne s'en sort très bien

le
0
Saint-Étienne s'en sort très bien
Saint-Étienne s'en sort très bien

Si le score est flatteur pour Saint-Étienne, le contenu l'a été beaucoup moins. Après 75 minutes de néant, il a fallu attendre le réveil de Nolan Roux pour s'imposer. Montpellier peut avoir des regrets.

AS Saint-Étienne 3-0 Montpellier HSC

Buts : Roux (74e), Tannane (80e) et Eysseric (84e) pour les Verts

Nolan Roux est étonnamment calme. Il regarde ses pieds et part tranquillement se replacer au milieu de terrain. Pourtant, autour de lui, c'est l'explosion de tout un stade. Geoffroy-Guichard est libéré. Libéré d'un match jusque-là insupportable. Christophe Galtier exulte sur le banc. Il hurle, il saute, il rit. Après 75 minutes de purge, Nolan Roux vient d'ouvrir le score. Son but est tout moche, mais qu'est-ce qu'il fait du bien. Après un débordement de Théophile-Catherine, Monnet-Paquet bute sur Pionnier. La balle revient miraculeusement devant la cage. Nolan Roux, tête, but. Entré à la mi-temps en lieu et place de Søderlund, il vient de faire basculer le match à lui tout seul. Les Stéphanois embrayent et finissent à 3-0.

Deux manières de mal jouer


Dans un style totalement différent, les deux équipes livrent une première période tout bonnement insipide. Les Stéphanois sont privés de ballon, et le peu de fois où ils le récupèrent, ils le perdent tout de suite. Le problème, c'est que les milieux de l'ASSE (Jérémy Clément, Fabien Lemoine et surtout Valentin Eysseric) se cachent. Ils ne prennent pas leurs responsabilités et sont introuvables. Du coup, la charnière Pogba-Bayal est obligée de sauter le milieu de terrain en abusant de longs ballons pour Kévin Monnet-Paquet ou Jean-Christophe Bahebeck. Sauf que la qualité de relance des deux défenseurs centraux laisse à désirer. Résultat, les Stéphanois ne se procurent qu'une bonne situation, une frappe de Monnet-Paquet déviée par Deplagne dans le petit filet.

En face, les Montpelliérains ne sont pas beaucoup plus inspirés. Pourtant, les hommes de Frédéric Hantz commencent plutôt bien en se positionnant très haut et en exerçant un gros pressing. Devant, Kévin Bérigaud, Souleymane Camara, Riyad Boudebouz et même Bryan Dabo permutent énormément. Mais les Montpelliérains se laissent peu à peu enfermer dans un jeu beaucoup trop stéréotypé. Ils monopolisent le ballon à n'en plus savoir quoi faire. D'ailleurs, ils n'en font rien. Pire, ils se mettent en danger tout seul avec quelques…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant