Saint-Etienne remporte la Coupe de la Ligue

le
0
Saint-Etienne remporte la Coupe de la Ligue
Saint-Etienne remporte la Coupe de la Ligue
Qui c'est les plus forts ? Evidemment c'est les Verts. La victoire de Saint-Etienne (1-0) face à Rennes, ce samedi soir en finale de la Coupe de la Ligue, referme une parenthèse de 32 ans pour le club du Forez enfin à la hauteur de son hymne mythique chanté comme un damné par l'auteur Jacques Monty.

Le dernier titre de champion de France des Stéphanois datait en effet un peu. Plus exactement de 1981 et la fin du Giscardisme, des pantalons pattes d'éléphant, des cheveux longs et de la télévision de Guy Lux et Simone Garnier. Autre siècle, autre époque.

Mais puisque la nostalgie fonctionne toujours en France, Pierre-Emerick Aubameyang, Josuha Guilavogui, Loïc Perrin et leurs coéquipiers assument fièrement ce matin le statut d'héritiers des Curkovic, Larqué, Rocheteau et autres frères Revelli, présents hier soir en tribune pour assister à ce miracle vert. Au passage, le football charrie tout de même de sacrés valeurs lorsqu'il parvient à conjuguer avec autant d'harmonie passé et présent. Surtout dans une ambiance aussi incroyable et dans un stade au deux-tiers vert pour une authentique fête populaire.

L'histoire s'amuse parfois à couronner des héros improbables et elle ne s'en est pas privée hier soir. L'attaquant Brésilien Brandao, souvent raillé pour sa vaillance et une certaine inefficacité, va en effet inscrire le seul but de cette finale. Il ne s'agit sans doute pas du plus aisé de la carrière du Brésilien mais pas loin.

Les clubs mythiques ne meurent jamais

Lorsque le centre parfait d'Aubameyang lui parvient, Brandao n'a en effet plus personne en face de lui dans le but rennais. Car Benoît Costil, le gardien de but, vient de se trouer dans les grandes largeurs sur sa sortie (18e). Facile ou pas, un but reste un but. Surtout lorsqu'il offre un trophée et une qualification pour une Coupe d'Europe : la Ligue Europa.

Et les Rennais dans tout cela ? Ecrasés par une ambiance...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant