Saint-Étienne/Lille, même combat ?

le
0
Saint-Étienne/Lille, même combat ?
Saint-Étienne/Lille, même combat ?

Concurrents à la cinquième place et séparés d'un petit point, l'ASSE et le LOSC se retrouvent lors de la dernière journée du championnat. Une confrontation finale qui arrive au bon moment, tant les deux équipes se ressemblent et paraissent au même niveau. Seule différence : leur dynamique de saison, illustrée par la régularité de Galtier et l'arrivée d'Antonetti.

C'est la petite finale. Celle de l'ultime journée, qui décidera qui, de Saint-Étienne ou Lille, terminera la saison à la cinquième place, qualificative pour la Ligue Europa (la sixième le sera également si Paris remporte la Coupe de la France). Une semaine après Lyon-Monaco, les amateurs de Ligue 1 garderont un œil avisé sur ce duel entre deux équipes qui ont réalisé une saison à la hauteur de leurs moyens. Ni plus, ni moins (le LOSC et l'ASSE sont respectivement les cinquième et sixième budgets de France). Et bien malin celui qui peut d'ores et déjà lever le bras du futur vainqueur sans l'ombre d'un doute. Au vrai, cette rencontre ne pouvait pas mieux tomber. Car si les deux équipes se retrouvent quasiment sur la même ligne après 37 journées, c'est parce qu'elles ont montré, au-delà du nombre de points, des ressemblances étonnantes et indiscutables durant la saison.

Ruffier et Enyeama, MVP locaux


Parlons statistiques, d'abord. En observant attentivement le classement, le point fort et commun est facile à identifier : la défense. Si on oublie le PSG, les Dogues sont les meilleurs dans ce domaine, les Verts troisièmes (27 et 36 buts encaissés). Forcément - Christophe Galtier ne s'en cache d'ailleurs jamais -, cette efficacité est obtenue grâce à des derniers remparts hyper performants (qui ont pour nom Enyeama et Ruffier) et surtout au détriment de l'attaque. Résultat : onze équipes françaises sont supérieures à nos deux acteurs en matière de pions marqués. Cela se traduit (ou a pour origine, selon les avis) par un manque flagrant de top player dans le secteur offensif. Le meilleur buteur côté Sainté ? Nolan Roux – qui est d'ailleurs passé du Nord au Forez cet été – avec neuf goals. En face ? Boufal et ses onze tremblements de filets. Derrière, c'est le néant complet, avec cinq petites unités pour Eder et Benzia et six pour Eysseric. Le spectacle offert depuis le mois d'août par les deux clubs a donc rarement été fou, les teams se reposant avant tout sur une bonne organisation et un schéma tactique solide combinés à un sérieux et une rigueur indispensables pour prétendre à l'Europe.

Autre parallèle : la solidité dans le sprint final. Entre la 31e et la 36e journée, Perrin et sa bande ont enchaîné une grosse série de cinq victoires suivie…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant